Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun veut stimuler la création de PME locales en adoptant un plan national de développement de l’entrepreneuriat

Le Cameroun veut stimuler la création de PME locales en adoptant un plan national de développement de l’entrepreneuriat

Paru le mardi, 13 février 2024 06:44

Selon le ministère des PME, de l’Economie sociale et de l’Artisanat social (Minpmeesa), un plan national de développement de l’entrepreneuriat au Cameroun (PNaDEC) arrimé à la Stratégie nationale de développement 202-2030 (SND30) sera « bientôt adopté ». L’on ne précise toutefois pas quand. Toujours est-il que l’atelier de validation technique dudit document a eu lieu le 6 février dernier à Yaoundé. L’on apprend que la mise en place du PNaDEC nécessite un financement de l’ordre de 15 milliards de FCFA pour la période allant de 2024 à 2030 pour un ensemble de 78 projets.

Le ministre Achille Bassilekin III présente le PNaDEC comme une « boussole » qui permettra au gouvernement de « stimuler le développement de l’entrepreneuriat pour que nous puissions au mieux répondre aux exigences et défis de notre temps, mais surtout de mobiliser autour de l’auto-emploi, de la création de la valeur du développement des chaînes de valeur pour pouvoir attaquer les marchés nationaux et continentaux pour que le Cameroun puisse avoir les caractéristiques d’une économie émergente ».

Le PNaDEC a pour objectif de mettre en place un cadre cohérent de mesures légales et réglementaires arrimées aux standards internationaux, tout en prenant en compte le contexte et les exigences nationales en la matière afin de définir, d’orienter et d’adosser toutes les initiatives locales en faveur de l’entrepreneuriat à ce document de politique publique en matière de développement de l’entrepreneuriat au Cameroun, indique la cellule de communication du Minpmeesa.

La finalité est, d’une part, de mettre en œuvre la politique d’import-substitution en boostant la productivité des entrepreneurs locaux en qualité et en quantité de produits et de services compétitifs, capables de satisfaire la demande intérieure et d’exporter les excédents de production dans les marchés extérieurs et, d’autre part, de réduire le chômage par la création d’emplois décents et pérennes. Ce, « grâce à la mise en place d’un environnement entrepreneurial vertueux, propice à la création et au développement des entreprises innovantes portées par les jeunes et les femmes », d’après la même source.

Au Cameroun, la population en âge de travailler représente 62% de la population totale, soit un peu plus de 16 millions de personnes. Cependant, le taux d’emploi des jeunes de 15-34 ans est de 39,3%. Il est de 47,2% chez les jeunes hommes contre 31,3% chez les femmes, selon la dernière enquête sur l’emploi et le secteur informel publié par l’Institut national de la statistique (INS) fin octobre 2023. Dans son discours à la jeunesse le 10 février, le président Paul Biya a déclaré que l’auto-emploi constitue l’une des meilleures voies d’insertion socioprofessionnelle face à l’impossibilité pour l’Etat et le secteur privé d’absorber le volume, sans cesse croissant, de jeunes qui arrivent chaque année sur le marché de l’emploi.

Le chef de l’Etat a, à cet effet, invité les jeunes à se lancer dans la production des biens et services pour limiter les importations qui oblitèrent la balance commerciale du Cameroun. « Je vous invite à saisir les opportunités qu’offre la mise en œuvre du    Plan triennal intégré d’import-substitution 2024-2026 pour vous engager dans des activités de production. Elles vous permettront non seulement de vous rendre utiles à votre pays, mais aussi de trouver les moyens de subvenir à vos besoins », a recommandé le chef de l’Etat à ses jeunes compatriotes.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking