Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une autre attaque de Boko Haram fait trois morts à l’Extrême-Nord

Une autre attaque de Boko Haram fait trois morts à l’Extrême-Nord

Paru le mercredi, 13 mai 2020 16:27

Dans la nuit du 11 au 12 mai 2020, des combattants de secte islamiste Boko Haram ont assiégé la localité de Makoulahe située dans le Mayo-Sava, un département de l’Extrême-Nord du Cameroun. Le groupe constitué d’une quarantaine d’assaillants y a assassiné trois personnes, dont une femme.

« Mon équipe et moi étions à notre poste de contrôle quand un tumulte s’est levé à l’intérieur du village. Ils étaient armés de fusils de guerre, des machettes, gourdins et bien d’autres armes blanches », raconte Mamadi Basile, un membre du comité de vigilance de la localité de Makoulahe.

Selon nos confrères du journal régional L’œil du Sahel, « toute personne surprise dans son domicile était automatiquement tuée. Ils ont surpris Lada Goda et son épouse dans leur chambre. Ils les ont extraits de là puis les ont tous deux tués. L’époux a été abattu à bout portant tandis que la femme a été mortellement poignardée. Ils lui ont administré plusieurs coups de poignard et elle a succombé à ses blessures ».

De source sécuritaire, l’attaque commise autour de minuit a également fait un blessé grave. « Ils ont tiré sur lui à bout portant. La balle lui a quasiment broyé l’épaule. Écroulé sous le choc, ils ont cru l’avoir tué et l’ont abandonné. Quand ils sont partis, nous l’avons secouru et avons essayé d’arrêter l’hémorragie. L’armée l’a secouru dès son arrivée et l’évacué à l’hôpital de district de Mora ou il a été placé en soins intensifs », détaille le comité de vigilance.

Cette énième attaque à en croire les populations, est celle de trop. « Nous avons marre. Ma population et moi avons dernièrement passé trois mois dans des grottes sur la montagne, comme de vils animaux. Nous avons cru à une accalmie et sommes rentrés dans nos domiciles. Nous y avons passé juste quelques jours et voici que nous sommes à nouveau attaqués et tués », s’inquiète Lawan Iya Isaac, chef du village Makoulahe.

Pour l’autorité traditionnelle, la création d’un poste militaire dans le Canton Podoko devrait contribuer à renforcer la sécurité dans la zone qui compte plus de 13 000 âmes. Cette demande a été faite auprès de l’administration et les suites restent attendues.

Boko Haram semble reprendre du poil de la bête dans la région de l’Extrême-Nord. Notamment au niveau des zones limitrophes au Nigeria qui font face à une résurgence des attaques fomentée par des affidés de cette secte terroriste. Depuis le début de l’année, elle a organisé une série d’attaques dans les départements du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, frontaliers du Nigeria, et surtout dans les arrondissements de Kolofata et du Mayo-Moskota.

BE

Lire aussi:

Deux soldats tués dans une embuscade de Boko Haram à Waza

Une attaque de Boko Haram fait quatre morts à Tourou dans l’Extrême-Nord

À la frontière avec le Nigéria, les populations désertent leurs villages pour échapper aux assauts de Boko Haram

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.