Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun se dote d’une task-force pour accélérer la lutte contre le paludisme

Le Cameroun se dote d’une task-force pour accélérer la lutte contre le paludisme

Paru le mardi, 13 juillet 2021 12:43

Alors que le paludisme demeure la première cause de mortalité et de morbidité dans le pays, le Cameroun a créé une task-force pour accélérer la lutte contre cette maladie. La plateforme lancée ce lundi 12 juillet à Yaoundé regroupe le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), la Société civile pour l’élimination du paludisme (CSME, une plateforme mondiale d’organisations de la société civile œuvrant pour le renforcement de la lutte contre le paludisme) et Impact Santé Afrique, une organisation africaine de lutte contre le paludisme basée au Cameroun.

Cette task-force va se réunir chaque trimestre à l’effet de débattre des besoins actuels de la lutte contre le paludisme, des stratégies nationales et du rôle de la société civile, entre autres. « Cette task-force est une plateforme importante pour rallier autant d’acteurs pour la lutte contre le paludisme. La lutte contre le paludisme ne doit pas seulement être l’affaire du ministère de la Santé publique. Elle doit également impliquer des personnes d’autres secteurs qui s’unissent pour nous permettre de lutter contre cette maladie », affirme Dr Joël Ateba, secrétaire permanent du PNLP.

Une des particularités de la task-force est de renforcer la sensibilisation et la communication auprès de populations dans toutes les régions. « Nous pensons qu’une fois que les populations vont prendre conscience des dangers de cette maladie, elles utiliseront les moustiquaires imprégnées de manière correcte et elles pourront également s’assurer d’aller au centre de santé dès les premiers signes de fièvre », explique Olivia Ngou, directrice exécutive d’Impact Santé Afrique, à la radio publique.

Selon les chiffres officiels, 4 121 personnes sont mortes de paludisme l’année dernière dans le pays, la majorité étant des enfants de 0 à 5 ans. Selon Dr Ateba, 31 personnes meurent en moyenne chaque jour du paludisme au Cameroun. Le gouvernement envisage de réduire d’au moins 60%, la morbidité et la mortalité liées à cette maladie d’ici 2023 par rapport à la situation de 2015.

P.N.N

Lire aussi :

Lutte contre le paludisme : les Etats-Unis saluent les progrès du Cameroun et évaluent leur apport de 48 milliards FCFA depuis 2017

Un Fonds national pour l’élimination du paludisme, première cause de morbidité et de mortalité au Cameroun

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.