Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Rentrée scolaire 2021-2022: plus de 500 cas de corruption déjà dénoncés auprès de la Conac

Rentrée scolaire 2021-2022: plus de 500 cas de corruption déjà dénoncés auprès de la Conac

Paru le lundi, 13 septembre 2021 10:11

La Commission nationale anti-corruption (Conac) annonce avoir recensé « plus de 500 cas de dénonciations concernant les arnaques » dans les écoles, quelques jours seulement après la rentrée scolaire 2021-2022. Ces dénonciations portent également sur «la mauvaise gestion des APEE, l’augmentation illicite des frais exigibles et le problème de vente des tenues de classe dans l’enceinte des établissements », a déclaré Dieudonné Massi Gams (photo), président de la Conac, dimanche 12 septembre à la télévision nationale.

Lors d’une descente dans une école à Soa (département de la Mefou-et-Afamba, région du Centre) après une dénonciation de vente de tenue scolaire au sein dudit établissement, les enquêteurs de la Conac ont découvert que les frais d’APEE exigés ici s’élevaient à 42.000 francs au lieu des 35 000 FCFA requis. Toute chose qui suscite la grogne des parents. « Non seulement nous allons attirer l’attention des responsables, mais nous aurons aussi la période de sanctions », prévient Dieudonné Massi Gams.

Afin de tenter de mettre un terme à ces pratiques délictueuses, la Conac mène depuis quelques années une campagne nationale dans les établissements scolaires baptisée « Rentrée scolaire sans corruption ». Objectif : sensibiliser les élèves et les enseignants aux valeurs d’intégrité. Cette campagne se passe en deux phases. Une première phase de sensibilisation avec notamment la pose d’affiches et de plaques anti-corruption dans les écoles. Et une seconde phase répressive qui vise à « recueillir toutes les dénonciations, effectuer les recoupements nécessaires et mettre à la disposition de la justice les personnes reconnues coupables des faits dénoncés », selon le président de la Conac.

Dans son rapport 2019 sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun, la Conac classe les ministères des Enseignements secondaires (Minesec) et de l’Education de base (Minedub) à la 8e place (sur 12) des secteurs répertoriés comme les plus touchés par les accusations de corruption dans le pays, avec 248 dénonciations.

P.N.N

 Lire aussi:

Rentrée scolaire : les mauvaises pratiques persistent lors des inscriptions, malgré le coup de semonce de Nalova Lyonga

Gouvernance : la Conac établit le hit-parade des secteurs les plus touchés par les accusations de corruption

● E-Arnaques


● Fact Cheking




A la rencontre de Jean David Nkot, artiste plasticien (part 1)

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes