Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Réinsertion socioprofessionnelle : 70 ex-combattants ont pu retrouver le monde du travail, selon le CNDDR

Réinsertion socioprofessionnelle : 70 ex-combattants ont pu retrouver le monde du travail, selon le CNDDR

Paru le mercredi, 13 octobre 2021 12:01

Des dizaines d’ex-combattants ayant volontairement déposé les armes ont pu retrouver le monde du travail, selon Francis Faï Yengo, coordonnateur national du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR). « Il y a déjà 70 qui sont sortis, qui sont installés, qui ont un emploi », a-t-il déclaré à la télévision nationale. Les repentis pris en charge dans les structures régionales du CNDDR dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord sont notamment formés à l’agriculture, à l’élevage, à la maçonnerie, à la menuiserie et à la couture afin de les préparer à une réinsertion dans la vie active.

En vue de leur encadrement optimal, le chef de l’Etat a décidé de doter le CNDDR de centres « multidisciplinaires » qui offriront une palette de formations aux ex-combattants, alors que des voix s’élevaient chez les pensionnaires pour dénoncer notamment leurs conditions de vie. « Au jour d’aujourd’hui, nous avons déjà réceptionné le centre (multidisciplinaire) de Bamenda. Dans les jours qui suivent, probablement le 30 octobre, nous allons recevoir le centre de Misellele à Tiko, pour le Sud-Ouest », affirme Francis Faï Yengo. La construction d’un autre centre multifonctionnel est également prévue à Mémé, dans l’Extrême-Nord.

Selon les chiffres communiqués par le coordonnateur national, les centres DDR accueillent à date quelque 1 301 pensionnaires : 840 à Mora, 227 à Buea et 234 à Bamenda. En rappel, le CNDDR a été créé par décret présidentiel le 30 novembre 2018 afin d’offrir un cadre d’accueil et de réintégration sociale aux repentis de la secte terroriste Boko Haram qui sévit dans l’Extrême-Nord, et aux membres des groupes armés des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, secouées par la crise anglophone depuis octobre 2016.

P.N.N

Lire aussi:

Bamenda : 13 présumés ex-combattants séparatistes déposent les armes lors de la visite du Premier ministre

Alors que les grognes se multiplient à Buea, la construction d’un autre centre de DDR engagée à Tiko

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes