Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Au Cameroun, le cancer du sein reste le plus fréquent dans le pays avec près de 2 000 décès annuels

Au Cameroun, le cancer du sein reste le plus fréquent dans le pays avec près de 2 000 décès annuels

Paru le mercredi, 13 octobre 2021 12:03

Selon les dernières données mondiales sur le cancer (Globocan 2020) publiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le cancer du sein est le plus fréquent au Cameroun avec près de 2 000 décès annuels. En 2020, le nombre de nouveaux cas de cette pathologie est estimé à 4 170 (34,1%). L’état des lieux de la prise en charge du cancer aujourd’hui révèle une offre de soins assez limitée. A ces contraintes s'ajoutent un accès difficile aux médicaments anticancéreux, une faible disponibilité des spécialistes de la prise en charge du cancer, le coût élevé des traitements et l’insuffisance du plateau technique et des infrastructures.

Au Cameroun, la plupart des patients atteints du cancer du sein (une pathologie qui touche aussi les hommes même si les cas sont rares) arrivent tard dans les formations sanitaires, à un stade avancé de la maladie et les soins qu’on leur propose sont des traitements palliatifs, d’après les spécialistes. « 80% de nos patients sont en soins palliatifs. Ce sont des soins pour améliorer la qualité de vie du patient et son confort », explique Dr Anne Sango, oncologue médicale à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala (Hgoped).

Cet établissement hospitalier a organisé des journées de dépistage et de consultation du cancer du sein les 6 et 7 octobre dernier, à l’occasion d’Octobre rose (mois dédié à la lutte contre cette pathologie). Pourtant, le cancer du sein est une tumeur maligne qui peut être guérie dans 9 cas sur 10 si elle est diagnostiquée suffisamment tôt. « Le cancer du sein est curable. La condition est d’arriver tôt à l’hôpital, de frapper à la bonne porte pour avoir une guérison », déclarait Pr Paul Ndom, secrétaire permanent du Comité national de lutte contre le cancer (CNLCA), dans des propos rapportés par le quotidien public.

« Ce cancer, dans plus de 80% des cas au Cameroun, arrive malheureusement tardivement et lorsque le cancer de la femme est déjà métastatique, la guérison n’est plus au bout de la chaîne », ajoutait-il. L’année dernière, le Cameroun s’est doté d’un Plan stratégique national de prévention et de lutte contre le cancer. Son objectif est de réduire de 10% au moins, la morbidité et la mortalité dues au cancer d’ici 2024.

P.N.N

Lire aussi:

Cameroun : les cancers du sein et du col de l’utérus représentent plus de 50% des cancers chez les femmes

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.