Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Matgenie : un plan social pour redresser l’entreprise qui peine à payer les salaires

Matgenie : un plan social pour redresser l’entreprise qui peine à payer les salaires

Paru le jeudi, 14 juillet 2022 05:55

Une « opération d’assainissement des ressources humaines et de l’outil de production » du Parc national du matériel de génie civil (Matgenie) est prévue du 13 au 21 juillet prochain, a annoncé le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, dans un communiqué publié mardi. L’opération est placée sous la responsabilité d’un comité interministériel ad hoc présidé par l’inspecteur général des questions techniques. Pour cette opération, chaque personnel en activité devra se munir, de sa carte nationale d’identité (CNI), son contrat de travail, le diplôme ayant favorisé son recrutement, des actes de nomination ou d’affectation, des actes de naissance des enfants à charge, des actes de mariage et bulletin de solde, entre autres documents exigés.

Les personnels retraités, licenciés et/ou les ayant-droits des personnels décédés devront, quant à eux, se munir de certains des documents susmentionnés ou d’autres spécifiques comme le certificat de travail ou la décision de mise en retraite. Cet assainissement doit aboutir à « la maîtrise de la masse des ressources humaines et à la viabilisation de l’outil de production. Ce qui devrait remettre le Matgenie sur le sentier de la rentabilité, gage d’un paiement régulier des droits dus aux personnels », affirme le Mintp, tutelle technique du Matgenie.

Le membre du gouvernement explique que cette opération constitue l’une des « mesures immédiates » prises à l’issue des concertations menées avec les différents acteurs du Matgenie. Ce, à l’effet de trouver des « solutions efficientes et durables » aux problèmes que rencontre actuellement le Matgenie. Cette entreprise publique du secteur du BTP est confrontée depuis plusieurs mois à des mouvements sociaux. Le 5 juillet dernier, le personnel a entamé une nouvelle grève pour revendiquer le paiement de 16 mois d’arriérés de salaire. Un débrayage de trop qui a poussé l’État a engagé cette restructuration dans l’espoir de remettre l’entreprise à flot.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.