Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Accusé de restreindre les libertés individuelles, le préfet du Mfoundi se défend après son arrêté controversé

Accusé de restreindre les libertés individuelles, le préfet du Mfoundi se défend après son arrêté controversé

Paru le jeudi, 14 juillet 2022 13:16

Lors d’une réunion de sécurité qu’il a présidée hier dans ses services, le préfet du Mfoundi, Emmanuel Mariel Djikdent (photo), a tenté de rassurer sur la polémique provoquée par un de ses arrêtés. « Les mesures que nous prenons ne sont pas destinées à restreindre ou à être des obstacles pour l’exercice des libertés », a déclaré l’autorité administrative.

Le 12 juillet dernier en effet, au lendemain de l’explosion d’une bombe artisanale au marché Mokolo à Yaoundé, le préfet Djikdent a pris un arrêté resserrant les mesures de sécurité. L’une de ces mesures interdit tout dépôt ou l’abandon de colis dans les lieux publics et fait d’un suspect dangereux, tout détenteur d’un colis non justifié contenant des écrous, billes, clous, morceaux de fer, etc. Pis encore, le préfet décide que « est également suspect, toute personne qui se réjouit des difficultés de l’Etat ou souhaite voir l’Etat en difficulté ». Une disposition qui a suscité le tollé.

Mais d’après le préfet, la nature de la menace nécessite des mesures particulières. « Jusqu’ici nous avons connu un calme, et on a mis l’accent sur la protection des personnes et de leurs biens. L’insécurité veut prendre une autre forme. Nous devons donc anticiper et étouffer dans l’œuf toutes velléités ».

Pour cela, il annonce l’activation des comités de vigilance dans les quartiers. « Nous avons instruit les sous-préfets de redynamiser les comités de vigilance dans tous les quartiers. Ce sont les chefs qui gèrent ces comités de vigilance de proximité et ils doivent se sentir également concernés ».

L'explosion qualifiée d’attaque terroriste par les autorités a fait des blessés et intervient une semaine après une autre attaque toujours au marché Mokolo.

L.A

Lire aussi:

Yaoundé : après l’explosion d’un EEI, le préfet interdit l’abandon de colis dans les lieux publics

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Au cours de l’année 2021, la direction générale des Impôts du ministère des Finances a encaissé près de 10 milliards de FCFA de paiements d’impôts via le téléphone portable

InfographieSBBC cameroun impots payes

 

Please publish modules in offcanvas position.