Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : émoi autour de la recrudescence des assassinats odieux des civils

Crise anglophone : émoi autour de la recrudescence des assassinats odieux des civils

Paru le vendredi, 14 août 2020 16:20

Le meurtre d’une jeune femme, tuée à coups de machette le 11 août dernier à Muyuka (région du Sud-Ouest) et filmé dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, suscite un vif émoi au Cameroun. La victime, Confort Tumasang, une Camerounaise de 32 ans, a été « sauvagement abattue » pour avoir « refusé d’adhérer aux thèses et visées des sécessionnistes qui écument la région », affirme le gouvernement camerounais. Ce crime abominable s’inscrit dans le cadre d’une recrudescence d’attaques contre les civils ces dernières semaines dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à la crise anglophone depuis fin 2016.

Des crimes attribués aux bandes armées sécessionnistes qui sévissent dans ces deux régions du pays. Le 10 août, le corps sans vie de Piayu Ibrahim, un professeur de chimie, était retrouvé sous un pont près de Bamenda, la capitale régionale du Nord-Ouest. Trois jours plus tôt, Tanjoh Christopher Fon, un travailleur humanitaire, était enlevé à son domicile puis tué par des individus armés non identifiés à Batibo, toujours dans le Nord-Ouest. Le 4 août à Bamenda, Mbah Treasure était assassinée par son compagnon qui la soupçonnait d’être de connivence avec les pouvoirs publics.

Condamnations

Une série d’exactions, bien que démenties par ces les groupes sécessionnistes,  est condamnée aussi bien par les autorités, les acteurs politiques de l’opposition et certaines chancelleries occidentales. « Le gouvernement camerounais condamne fermement ces actes odieux, insoutenables, commis par des bandes terroristes sécessionnistes qui, pour des raisons absurdes, illégitimes et inadmissibles, continuent d’ôter la vie à tout vent à d’honnêtes et innocents citoyens », écrit le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, dans un communiqué le 13 août dernier.

De son côté, « le RDPC condamne avec la dernière énergie ces meurtres lâches et odieux commis par des scélérats sans cœur, sans foi et sans culture républicaine », affirme Jacques Fame Ndongo, secrétaire à la communication du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), dans un communiqué publié ce jeudi. « Quelle qu’en soit la cause, c’est un acte barbare et inhumain. Inacceptable ! », a réagi sur Twitter, l’ancien candidat à la présidentielle de 2018, Akere Muna, qui dit avoir été incapable de regarder jusqu’au bout la vidéo « absolument horrible » du meurtre de Confort Tumasang.

Dans un communiqué ce vendredi 14 août, l’ambassade des États-Unis a « condamné fermement les attaques horribles et insensées perpétrées contre des civils dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des combattants séparatistes armés ». Ces attaques, selon la chancellerie américaine, montrent un « mépris total » du caractère sacré de la vie et de la dignité humaine. « Nous avons régulièrement condamné la violence de toutes parts et demandé que tous ces actes cessent, et nous réitérons cet appel aujourd’hui », peut-on lire dans le document.

Patricia Ngo Ngouem

Dernière modification le vendredi, 14 août 2020 17:14

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.