Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Ossements humains : un trafic macabre qui brasse des millions de FCFA

Ossements humains : un trafic macabre qui brasse des millions de FCFA

Paru le mercredi, 14 octobre 2020 14:14

Le trafic d’ossements humains reprend du poil de la bête au Cameroun. La nuit tombée, des individus profanent des tombes et emportent les os des morts qui sont ensuite vendus à travers le pays. Un business macabre qui se chiffre à plusieurs millions de FCFA.

Cette semaine, quatre individus ont été interpellés par la gendarmerie à Douala en possession d’un squelette entier. Les suspects ont avoué qu’ils comptaient vendre ces restes humains à 15 millions de FCFA.

Le 26 juin dernier, deux trafiquants présumés de 26 et 40 ans ont été arrêtés en possession de deux squelettes humains à Foumbot, chef-lieu du département du Noun, dans la région de l’Ouest. L’un des suspects a déclaré que ces ossements étaient destinés à un client pour la rondelette somme de 50 millions de FCFA.

« Avant, c’était une activité davantage pratiquée par de vieilles personnes. Aujourd’hui, ce sont beaucoup plus des jeunes qui sont motivés par le désir de faire fortune rapidement », confie un patriarche. Selon diverses sources, ces os seraient prisés pour des pratiques mystiques ou pour la fabrication de médicaments traditionnels pouvant notamment protéger des mauvais sorts.

Le commerce des ossements humains est pourtant réprimé par la loi. Celle-ci punit d’un emprisonnement de 3 mois à 5 ans et d’une amende de 10 000 à 100 000 francs CFA, « celui qui viole des tombeaux ou sépultures, profane tout ou partie d’un cadavre humain, enseveli ou non » (article 274 alinéa 1 du Code pénal). Ce qui est loin de décourager ces commerçants d’un autre genre.

Face à la recrudescence de ce phénomène, certaines familles ont pris comme option de faire garder les tombes de leurs défunts après l’enterrement. L’année dernière, le sous-préfet de Mandjou (l’Est) a demandé que « les tombes soient plus profondes pour que les corps soient à l’abri des exhumeurs et que les cimetières soient gardés par des vigiles ». Ce, alors que les sépultures des musulmans, peu profondes, étaient particulièrement ciblées.

P.N.N

Lire aussi:

Foumbot : des trafiquants d’ossements humains à la barre

Recrudescence du trafic d’ossements humains dans le Noun

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.