Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
80 nouveaux médecins prêtent serment, dans un contexte de crise de confiance envers le corps médical

80 nouveaux médecins prêtent serment, dans un contexte de crise de confiance envers le corps médical

Paru le jeudi, 14 octobre 2021 12:02

Quelque 80 nouveaux médecins issus de l’Institut supérieur de technologie médicale (ISTM) de Nkolondom (Sud) ont prêté serment ce mercredi 13 octobre à Yaoundé. Ils viennent tenter de renforcer les ressources humaines dans le domaine de la santé, dans un pays où le déficit en personnel soignant est évalué à plus de 50 000 travailleurs. « Le secteur de la santé a besoin de plus de 75 200 personnels de santé pour un service efficace. À l’heure actuelle, le ministère travaille avec seulement 25 000 personnels de santé », révélait le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, en juin dernier à l’Assemblée nationale.

Lors de leur prestation de serment, le président de l’Ordre national des médecins du Cameroun (ONMC), Dr Guy Sandjon, leur a demandé d'être des « médecins irréprochables ». Une recommandation qui intervient dans un contexte de crise de confiance envers le corps médical, alimenté notamment par le décès dans des circonstances non encore élucidées du jeune Hilaire Ayissi le 19 septembre dernier à l’Hôpital central de Yaoundé (HCY). « L’actualité récente a mis en doute la moralité de la profession médicale. C’est extrêmement difficile. Le corps s’est senti meurtri par cette actualité morbide. Je ne pouvais pas imaginer qu’un médecin puisse trahir son serment. Et ce serment, c’est l’éthique et la déontologie », a déclaré le président de l’ONMC à la radio nationale.

« Ils se doivent de prêter ce serment (d’Hippocrate, traditionnellement prêté par les médecins, chirurgiens-dentistes et les sages-femmes avant de commencer à exercer, Ndlr) pour garder la morale dans l’exercice de leur profession, car ce serment a plus de valeur que les autres, eu égard à ce pourquoi on le prête. A présent, ils peuvent pratiquer tous les actes qu’ils ont appris, par exemple opérer. Il faut donc que le médecin soit strict, qu’il ait une moralité irréprochable », a-t-il poursuivi. L’arrivée de ces nouveaux médecins sur le marché de l’emploi intervient alors que 700 autres réclament leur intégration à la Fonction publique.

P.N.N

Lire aussi:

Fonction publique : en chômage depuis un an, 700 médecins réclament leur intégration

400 nouveaux médecins prêtent serment

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.