Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Avec plus de 5 millions d’habitants, Yaoundé et Douala ne comptent que 2 % des hôpitaux publics

Avec plus de 5 millions d’habitants, Yaoundé et Douala ne comptent que 2 % des hôpitaux publics

Paru le lundi, 14 décembre 2020 13:37

Yaoundé et Douala, les deux plus grandes villes du Cameroun qui abritent à elles seules plus de cinq millions d’habitants sur près de 25 millions de Camerounais accueillent les meilleures structures de soins de première catégorie (hôpitaux généraux) et de deuxième catégorie (hôpitaux centraux).

Ces données ont été présentées par le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, au cours d’une séance d’information des parlementaires sur « la politique du gouvernement en matière de développement des infrastructures de santé : état des lieux et perspectives ».

Face à la représentation nationale lors de la session clôturée le 11 décembre 2020, Manaouda Malachie a ausculté le profil de l’offre de soins et services de santé au Cameroun, les perspectives de modernisation de la carte sanitaire et les contraintes.

Aussi apprend-on, la capitale politique et la grande métropole économique souffrent d’un déficit criard de formations sanitaires publiques offrant des services et les soins de santé de base.

Alors qu’elles pèsent respectivement pour 17 % et 14 % de l’ensemble des formations sanitaires du pays, elles ne comptent que 2 % de formations sanitaires publiques.

Autant dire que dans ces deux métropoles, l’offre de soins et services de santé est dominée par les formations sanitaires privées laïques à but lucratif, 85 % pour Yaoundé et 84 % pour Douala.  

La capitale économique, qui abrite 22 % des formations sanitaires tous statuts confondus, ne compte que 8 % des formations sanitaires publiques.

A contrario, les régions du Nord et de l’Extrême-Nord à 86 %, de l’Adamaoua à 72 % et de l’Est à 71 % dépendent totalement des formations sanitaires publiques.

La couverture en formations sanitaires publiques est moyenne dans les régions du Sud (66 %), du Sud-Ouest (63 %), du Nord-Ouest (60 %), du Centre hors Yaoundé (55 %), de l’Ouest (54 %) et du Littoral hors Douala (52 %).

De manière générale, le Cameroun compte de façon hiérarchique 06 formations sanitaires de 1ère catégorie ou hôpitaux généraux et assimilés, 05 formations sanitaires de 2ème catégorie ou hôpitaux et assimilés, 15 formations sanitaires de 3ème catégorie ou hôpitaux régionaux et assimilés. 179 formations sanitaires de 5ème catégorie ou centres médicaux d’arrondissement, 2412 formations sanitaires de 6ème catégorie ou centres de santé intégrés.

Le ministre de la Santé note que globalement, la densité des formations sanitaires s’établit au niveau national à environ 4 227 habitants/formation tous statuts confondus, et 9113 habitants/formation sanitaire publique.

D.M

Dernière modification le lundi, 14 décembre 2020 13:38

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.