Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Médecins sans frontières réagit à la suspension de ses activités dans le Nord-Ouest du Cameroun

Médecins sans frontières réagit à la suspension de ses activités dans le Nord-Ouest du Cameroun

Paru le lundi, 14 décembre 2020 17:17

Le gouverneur de la région du Nord-Ouest a, par décision du 8 décembre 2020, décidé de suspendre le partenariat entre Médecins sans frontières (MSF) et l’hôpital catholique Saint Mary Soledad de Bamenda. Cette décision est aussi valable pour tout partenariat similaire avec d’autres formations sanitaires dans le Nord-Ouest.

« Médecins sans frontières met en œuvre la décision des autorités sur la suspension temporaire de notre partenariat avec les structures de santé dans la région du Nord-Ouest », a réagi MSF, contacté par SBBC. L’ONG internationale ajoute : « nous sommes en discussion avec les autorités compétentes afin de pouvoir reprendre notre assistance médicale humanitaire dans les meilleurs délais ».

Soupçons de collusion

Pour prendre cette mesure, le gouverneur dit s’appuyer sur le rapport circonstancié du 28 août 2020 sur les activités de MSF dans le Nord-Ouest et sur une recommandation de la réunion de crise tenue entre cette ONG et son partenaire.

D’après des sources sécuritaires, l’appui de MSF permettait, non seulement à l’hôpital Saint Mary Soledad de prendre en charge les membres des groupes armés séparatistes, mais aussi de leur offrir une protection. L’ONG s’est gardée de répondre à ces accusations.

Depuis 2018, MSF offre un appui médical d’urgence à des structures sanitaires, dont l’hôpital Saint Mary Soledad. « En 2019, nous avons accueilli plus de 2 000 patients en salle d’urgence et assuré 1 500 interventions chirurgicales. Nos ambulanciers ont travaillé jour et nuit, assurant plus de 7 300 transports de patients », note Dr Jifon Edwin Fonyuy, médecin MSF en charge de l’admission et du suivi des patients arrivant aux urgences de Saint Mary Soledad.

Recadrage

Cette décision des autorités de suspendre MSF dans le Nord-Ouest intervient quatre mois après une rencontre entre d’une part le ministre des Relations extérieures (Minrex) et le ministre de l’Administration territoriale (Minat) et le représentant Cameroun de Médecins sans frontières, le Dr Modeste Tamakloé Koku, d’autre part. D’après le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, les deux ministres avaient demandé à MSF de faire preuve de plus « neutralité et d’impartialité en ce qui concerne leur déploiement sur le terrain ».

Pour les mêmes griefs, MSF avait déjà été reçu, un mois plutôt, par le ministre délégué auprès du Minrex, en charge du monde islamique. Le gouvernement a régulièrement mis à l’index le rôle « trouble » que certaines ONG joueraient dans la guerre que l’armée mène contre les milices séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dominique Mbassi et L.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.