Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La Commission des droits de l’Homme demande de multiplier des «approches créatives» sur le lavage des mains

La Commission des droits de l’Homme demande de multiplier des «approches créatives» sur le lavage des mains

Paru le vendredi, 15 octobre 2021 09:23

A l’occasion de la Journée mondiale du lavage des mains ce vendredi 15 octobre, la Commission des droits de l’Homme du Cameroun (CDHC) insiste sur la nécessité de sensibiliser les populations en multipliant des «approches créatives» sur l’importance de cette pratique. Dans une déclaration publiée à cette occasion, la CDHC souligne que ce geste «anodin» du quotidien peut sauver des vies, soulignant que le lavage des mains avec du savon est en effet l’un des moyens le plus efficace et le moins coûteux de prévenir les maladies infectieuses.

Selon les spécialistes, cette pratique arrête la propagation de germes qui causent la diarrhée (y compris la shigellose, la typhoïde et le choléra), les autres infections gastro-entériques endémiques courantes et certaines infections respiratoires telles que la grippe et la pneumonie. «1,7 millions d’enfants décèdent chaque année des suites d’une maladie comme la diarrhée et la pneumonie à travers le monde, alors que l’un des "remèdes" est connu et simple à mettre en œuvre : se laver les mains après avoir été aux toilettes ou avant de manger », affirme la CDHC. La diarrhée et la pneumonie sont les principales causes de décès dans le monde pour les enfants de moins de 5 ans.

Ces agents pathogènes proviennent de matières fécales humaines et sont transmis d’une personne infectée à une autre notamment par le contact de la peau et de la nourriture. Le lavage des mains avec du savon après contact avec la matière fécale empêche la transmission des bactéries, des virus et des protozoaires qui causent des maladies diarrhéiques. Cette journée revêt une importance d’autant plus particulière que «la pandémie de Covid-19 a mis en évidence la nécessité pour les personnes de se laver les mains fréquemment », souligne la CDHC.

A cet effet, la Commission salue les efforts consentis par les pouvoir publics visant à promouvoir l’hygiène des mains, notamment les investissements dans les kits de désinfection et dans l’approvisionnement en eau potable. Toutefois, elle déplore le manque d’eau dans certaines régions du pays, le fait que certaines personnes n’aient pas accès au savon et l’absence ou l’abandon de dispositifs de lavage des mains dans certains lieux publics comme les marchés et les lieux de loisirs.

Aussi, recommande-t-elle « au gouvernement, aux institutions publiques et privées ainsi qu’aux particuliers de continuer à investir dans la fourniture de dispositifs et de matériel pour le lavage des mains, afin de réduire les risques de maladie et les coûts liés aux soins de santé », notamment dans les zones rurales. Elle plaide aussi pour que la sensibilisation au lavage des mains s’intensifie en contexte de Covid-19, afin que cette pratique devienne « une habitude durable » dans la société camerounaise. Le 15 octobre est une journée de sensibilisation au niveau mondial dédiée à accroître la sensibilisation et la compréhension sur l’importance du lavage des mains avec du savon comme mesure essentielle pour réduire la propagation des infections.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.