Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’affectation de Messanga Nyamding à l’université de Ngaoundéré suspendu par la justice

L’affectation de Messanga Nyamding à l’université de Ngaoundéré suspendu par la justice

Paru le samedi, 16 octobre 2021 11:01

Le 15 octobre dernier, le tribunal administratif du Centre à Yaoundé a suspendu la décision du ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), Jacques Fame Ndongo, mettant l’enseignant Pascal Charlemagne Messanga Nyamding à la disposition de l’université de Ngaoundéré. Cette décision est contenue dans l’extrait des minutes du greffe de cette juridiction consulté par SBBC.

« Le Cameroun est un État de droit (…). Voyez-vous, je suis en conférence actuellement à Ngaoundéré. Je voudrais prendre tout le temps pour voir ce qui se passe, mais en réalité de c’est la victoire de la justice. J’ai énormément souffert. Je voudrais saisir cette opportunité pour assurer ceux qui ont cru qu’il fallait me détruire que c’est sans rancune. Je ne ferai ni chasse aux sorcières ni règlement de compte. Je continue de croire qu’avec l’État de droit on peut avancer », a réagi Messanga Nyamding au micro d’Ernest Obama.

Le 22 mars dernier, Jacques Fame Ndongo a décidé d’affecter Messanaga Nyamding, avec transfert de dossier, à l’annexe de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Ngaoundéré, qui se trouve à Garoua. Deux jours plus tard, le 24 mars, l’enseignant trainait le ministre en justice pour obtenir la suspension de cette décision.

Trois jours avant d’être affecté à Garoua, cet universitaire, défenseur zélé du président Paul Biya, était en effet limogé de ses fonctions de chef de département de l’Intégration et de la Coopération à l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric).

La plainte de Messanga Nyamding était motivée par le fait que le statut d’enseignant d’universités contenu dans les décrets de janvier 1993 postule que ce dernier ne peut être affecté comme un fonctionnaire, car bénéficiant d’un contrat avec l’université qui l’emploie. De ce fait, la décision du Minesup apparaissait comme un abus.

Certains convoquaient alors le cas Thomas Meloné. Cet enseignant avait été affecté à l’université de Douala par l’ancien ministre Titus Edzoa et avait eu gain de cause devant la Chambre administrative de la Cour suprême. La juridiction avait annulé cette décision et Thomas Meloné était resté à l’université de Yaoundé.

La décision du tribunal administratif du centre à Yaoundé est « exécutoire sur minute » aux deux parties. En clair, le professeur Pascal Charlemagne Messanga Nyamding devrait rester enseignant à l’Iric.

Ludovic Amara

Dernière modification le samedi, 16 octobre 2021 12:15

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.