Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Élections à la Fecaboxe : L’IBA envisage de nommer un observateur indépendant

Élections à la Fecaboxe : L’IBA envisage de nommer un observateur indépendant

Paru le mardi, 17 janvier 2023 12:58

L’Association internationale de boxe (IBA, sigle en anglais) envisage de « nommer » un observateur indépendant pour les élections à la Fédération camerounaise de boxe (Fecaboxe), a annoncé son secrétaire général, George Yerolimpos, dans une correspondance adressée le 13 janvier dernier au ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), Narcisse Mouelle Kombi, et que SBBC a consultée. L’objectif, dit-il, est de « garantir » que le scrutin permettant d’élire la nouvelle équipe dirigeante se déroule conformément à la constitution et aux règlements de l’IBA, aux statuts de la Fecaboxe, ainsi qu’aux principes démocratiques généralement reconnus sans aucune ingérence de tiers.

L’instance sportive internationale affirme avoir pris cette décision après des « tentatives alléguées d’ingérence » du ministère de tutelle dans le processus électoral de la fédération, « en particulier dans le travail de la commission électorale indépendante » de la Fecaboxe. Elle rappelle à cet effet au Minsep que toute ingérence des autorités publiques dans l’autonomie de la fédération pourrait être considérée comme une violation de la Constitution de l’IBA ou des règlements, et pourrait conduire à la suspension de la Fecaboxe.

Le 23 décembre dernier, le président sortant de la Fecaboxe, Bertrand Mendouga, candidat à sa propre succession, a saisi l’IBA pour suspicion de tentative d’ingérence du ministère de tutelle dans le processus électoral. Ce dernier s’oppose notamment à la commission électorale indépendante (CEI) mise sur pied à l’issue de l’assemblée générale (AG) de la fédération en novembre dernier et validée par le Minsep dans son rôle de contrôle de conformité. À l’initiative du bureau sortant, une autre AG a été convoquée et a abouti à la mise en place d’une nouvelle CEI. Conséquence : il existe deux CEI chargées chacune de superviser la mise en œuvre des procédures électorales au sein de la Fecaboxe. 

Au Minsep, on se défend de toute ingérence. « Les fédérations organisent leurs élections, la tutelle les suit tout en restant dans son rôle de régulateur », a déclaré le président de la Commission technique opérationnelle et de veille au sein du Comité de suivi du processus de renouvellement des organes dirigeants des fédérations sportives nationales, Léon Sango, dans des propos rapportés par le quotidien à capitaux publics. « En installant le Comité de suivi, la tutelle a prescrit la droiture, l’impartialité, la neutralité, l’équité. C’est ce que nous essayons de faire. Nous nous assurons que les intérêts de toutes les parties et l’intérêt général sont garantis », affirme-t-il, alors que la tutelle est souvent accusée de prendre fait et cause pour un camp.

Ce dernier pointe la « mauvaise foi » des acteurs sportifs à l’origine, selon lui, de l’impasse dans laquelle se trouve actuellement la Fecaboxe. « Les conflits proviennent des acteurs eux-mêmes. L’État actionne en permanence le levier de la conciliation entre les parties. Mais il nous est rappelé à la moindre piste de sortie de crise proposée que nous n’avons pas qualité pour agir et que les fédérations sont autonomes. Nous ne pouvons pas laisser les gens à la dérive en remettant en cause l’autorité de l’État », ajoute M. Sango. Il dénonce également la volonté de certains bureaux sortants de rester en place.

En rappel, toutes les fédérations sportives avaient jusqu’au 31 décembre 2022 pour boucler le processus de renouvellement des organes dirigeants. Initialement annoncées pour le 10 novembre, les élections à la Fecaboxe avaient été repoussées au 30 décembre dernier grâce à une dérogation du Minsep. Pour l’heure, l’on ignore quand sera élu le nouveau président de la Fecaboxe. 

P.N.N

Dernière modification le mardi, 17 janvier 2023 13:00

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Au cours de l’année 2021, la direction générale des Impôts du ministère des Finances a encaissé près de 10 milliards de FCFA de paiements d’impôts via le téléphone portable

InfographieSBBC cameroun impots payes