Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Coronavirus : des décisions de Dion Ngute annoncées au sujet de la fermeture des frontières et des écoles

Coronavirus : des décisions de Dion Ngute annoncées au sujet de la fermeture des frontières et des écoles

Paru le mardi, 17 mars 2020 15:54

L’épidémie de Coronavirus se répand au Cameroun. Dans un tweet, le ministre de la Santé publique, Malachie Manaouda, a annoncé ce 17 mars 2020, la confirmation de 5 nouveaux cas. Il s’agit, selon des sources au sein des milieux sanitaires, d’un nouveau cas importé, puis de quatre personnes ayant été en contact direct avec la première et la 3e personne contaminée.

Face à cette tendance à la hausse du nombre de personnes contaminées, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute (photo), a convoqué une réunion de crise. Au sortir de cette séance de travail, le ministre de la Santé a indiqué que la question de la fermeture des frontières et des écoles a figuré parmi les points à l’ordre du jour. « Je ne peux pas en dire plus (…). Le Premier ministre a promis de faire un communiqué ou de rendre publiques des décisions relativement à cette question-là », a indiqué Malachie Manaouda.

Les mesures prises pour limiter la progression du COVID-19 font l’objet d’un débat au sein de l’opinion. La fermeture des frontières réclamée par certains surtout que, selon Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la Lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies au Minsanté, le plus grand risque que le Cameroun court « c’est une importation c’est-à-dire quelqu’un qui amène ça de l’étranger ».

« Question de survie »

« Il faut ordonner une fermeture temporaire de nos frontières aux personnes provenant ou ayant transité par les zones de fortes contaminations. Des restrictions s’imposent davantage allant jusqu’à la mise en quarantaine systématique », propose Dr François Tabetsi.

Cet avis rejoint la position exprimée par certains hommes politiques à l’instar du premier secrétaire du Peuple uni pour la rénovation sociale (PURS), un parti politique de l’opposition au Cameroun. « Notre gouvernement doit avoir le courage d’anticiper et de prendre des mesures de précaution nécessaires en fermant nos frontières aux ressortissants de certains pays jusqu’à la disparition de la pandémie. C’est une question de survie », a déclaré Serge Espoir Matomba sur son compte twitter.

Mais si la fermeture des frontières permet de limiter la progression de la pandémie, des experts estiment que cette décision pourrait créer un préjudice plus important au Cameroun. Surtout sur le plan économique. C’est du moins l’idée défendue par Beguy Djimoundoum, économiste spécialiste en conception et évaluation de politique publique. « Cette mesure aura de lourdes conséquences sur les populations frontalières. Il y a rareté des ressources alimentaires. Les prix vont augmenter, et cela va entrainer de conséquences que les autorités ne pourront pas toujours évaluer », prévient-il.

Économie extravertie

Comme lui, Dieudonné Essomba estime que le caractère extraverti de l’économie camerounaise ne milite pas en faveur de la fermeture des frontières. De son point de vue, « le Cameroun ne serait pas capable de fonctionner même un seul jour ! » avec des frontières fermées. Car les médicaments utilisés par les formations hospitalières proviennent de l’extérieur.

Pis, « le pays ne produit pratiquement rien de ce qu’il consomme, en dehors des biens alimentaires et quelques produits de l’artisanat. Et même sur le plan alimentaire où son autonomie est la plus grande, le pays dépend trop étroitement des importations de poisson et de riz, sans compter d’autres aliments comme le froment pour le pain. Ce n’est pas avec un tel modèle économique qu’on peut se permettre de fermer les frontières », argue-t-il.

Pour l’instant le gouvernement semble prioriser la vigilance. Dans toutes les ambassades du pays, les hauts-commissariats et les consulats du Cameroun à l’étranger, toute délivrance de visa d’entrée au Cameroun est dorénavant conditionnée par « la présentation du résultat du test au Covid-19 effectué par une institution agréée », selon une note signée le 12 mars dernier par le ministre des Relations extérieures. Et aux Camerounais qui sont à l’étranger et dans les zones affectées, le gouvernement leur conseille de suspendre leur voyage, question pour eux de protéger leurs familles.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.