Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La législation contre le commerce illicite du tabac (41% du marché) en cours de renforcement

La législation contre le commerce illicite du tabac (41% du marché) en cours de renforcement

Paru le mercredi, 17 juin 2020 13:07

Le Cameroun accélère la lutte contre le commerce illicite du tabac. Le pays s’apprête à ratifier le protocole pour l’élimination du commerce illicite des produits du tabac. Il s’agit du premier Protocole à la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte antitabac. Le projet de loi y relatif vient d’être déposé à l’Assemblée nationale qui siège pour le compte de la deuxième session ordinaire de l’exercice 2020 depuis le 10 juin dernier.

« Le constat est que, malgré les multiples opérations menées par les divers services publics (…), les cigarettes issues de la contrebande circulent dans notre pays », indique le texte. Par ailleurs, « ce commerce, qui s’exerce autant au niveau national qu’international, rend les produits du tabac plus accessibles, plus abordables et met en péril la santé des populations, en laissant libre cours à l’épidémie de tabagisme. Il génère par ailleurs d’importantes pertes fiscales et contribue au financement des activités criminelles transnationales », ajoute l’exposé de motifs.

Contrebande

D’après le rapport « Confronting Tobacco Illicit Trade: A Global Review of Country Experiences », publié en février 2019 par l’OMS, la part du trafic illicite de cigarettes dans le marché du tabac est estimé à 41% au Cameroun.

En raison des écarts de prix entre les produits à base de tabac taxés et ceux non taxés, et de la corruption, la contrebande de ces produits s’est aggravée au Cameroun. Selon le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam), 25% des cigarettes vendues sur le territoire national sont issues de la contrebande. Les entreprises locales de ce secteur d’activité accusent par ailleurs des pertes annuelles de l’ordre de 4 milliards de FCFA.

Selon l’Union africaine, le développement du commerce illicite des cigarettes contribue à financer le grand banditisme et même le terrorisme. À en croire Soumeylou Boubeye Maïga, ancien ministre malien de la Défense, devenu expert sur les questions de terrorisme et d’extrémisme à l’union africaine, « le trafic des cigarettes qu’il faut aussi ajouter aux différents trafics contrôlés par Boko Haram, a généré plus de 525 milliards de FCFA de profits en 2015. »

Tabagisme

Selon les résultats de l’enquête globale sur le tabagisme chez les adultes (GATS) menée en 2013 par l’Institut national de la statistique (INS) en collaboration avec le ministère de la Santé publique, 1,1 million d’adultes, soit 8,9% de la population, utilisent des produits dérivants du tabac dont 13,9% d’hommes et 4,3% de femmes. Au sujet du tabagisme passif, près de 07 millions de Camerounais sont exposés à la fumée du tabac et tous ces dérivés dans les lieux publics et les ménages.

Baudouin Enama

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.