Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Vallée du Ntem : Eyebe Ayissi suspend le contrat de bail de Neo Industry

Vallée du Ntem : Eyebe Ayissi suspend le contrat de bail de Neo Industry

Paru le lundi, 17 août 2020 13:56

Le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf), Henri Eyebe Ayissi (photo), a suspendu les effets du contrat de bail provisoire liant l’État du Cameroun à la société agro-industrielle Neo Industry. L’information est contenue dans une correspondance signée le 14 août dernier par le Mindcaf. Ce contrat de bail porte sur une superficie 26000 ha située dans une réserve foncière de 66 000 ha dans le département de la Vallée du Ntem, au Sud du Cameroun.

« Me référant à votre correspondance du 12 août me transmettant le rapport spécial de la réunion de concertation relative aux requêtes introduites par les élites de la Vallée du Ntem (...), j’ai l’honneur de vous faire connaître que j’ai décidé de suspendre les effets du contrat de bail provisoire signé le 27 mai 2020, entre l’État du Cameroun et la société Neo Industry », lit-on sur cette missive adressée au préfet du département de la Vallée du Ntem.

La décision vise « l’apaisement des esprits et le consensus positif et dynamique avec les populations locales dans ce dossier », explique Henri Eyebe Ayissi. Il prescrit ainsi à Bouba Haman, préfet de la Vallée du Ntem de « prendre les mesures utiles en attendant la mise en route des initiatives nécessaires aux fins d’une maîtrise concertée des contours et des enjeux de cette opération en vue d’un retour rapide de la sérénité au sein des communautés ».

Réaction

Cette suspension provisoire est saluée par la population de la Vallée du Ntem à travers la voix l’ancien ministre Emmanuel Edou, porte-parole des élites de cette unité administrative frontalière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale. Cette décision « permet d’avoir le temps d’exposer à tous les niveaux, à toutes les hautes personnalités qui ont un rôle à jouer ou une décision à prendre, les motivations des populations de la Vallée du Ntem qui voudraient être associées à ceux qui disent réfléchir pour leur développement à elles », a déclaré Emmanuel Edou sur les colonnes du journal Mutations.

L’ancien membre du gouvernement pense en effet qu’il fallait tout recommencer pour éviter les erreurs du passé. « Il fallait absolument retirer les actes qui ont été pris et annuler les titres fonciers qui ont été établis. En un mot, l’arrêté et le secret qui ont été pris dans le cadre de ce dossier doivent être rapportés. Car, nous avons intérêt à ce que nos populations travaillent de préférence sur leurs terres », ajoute-t-il.

Les populations du département de la Vallée du Ntem s’opposent à la création d’une réserve forestière de 66 000 ha attribuée à la société Neo Industry. L’entreprise compte y développer des plantations de Cacao. Les fèves issues de ce projet d’agro-industrie sont destinées à ravitailler une unité de transformation industrielle de cacao implantée à Kekem dans la région de l’Ouest, avec une capacité de 32 000 tonnes, pour un investissement de 54 milliards de FCFA. Pour les communautés autochtones de la Vallée du Ntem, il s’agit d’un accaparement des terres.

BE

Lire aussi:

Vallée du Ntem : l’investissement de Neo Industry se heurte à l’opposition des communautés riveraines

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.