Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Production de farine panifiable de manioc : sept nouvelles usines de transformation annoncées après celle de Ngoulmakong

Production de farine panifiable de manioc : sept nouvelles usines de transformation annoncées après celle de Ngoulmakong

Paru le jeudi, 18 janvier 2024 15:21

Les villes de Batchenga, Lobo, Dibombari, Mvangan… vont accueillir des unités de production de farine panifiable de manioc cette année. C’est en tout sept usines de transformation qui sont attendues dans les prochains mois, si on en croit Gabriel Mbaïrobe, le ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader). Il a fait l’annonce la semaine dernière alors qu’il inaugurait, à Ngoulmakong dans la région du Sud, la toute première usine de transformation.

A la presse, Gabriel Mbaïrobe a expliqué que cette densification de la transformation du manioc est la traduction dans la réalité de la politique d’import-substitution édictée par la Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30), la feuille de route décennale du projet de développement du Cameroun. Pour ce qui est du manioc, l’objectif recherché, selon le Minader, est de produire une grande quantité de farine panifiable à partir des tubercules produits localement.

Pour le moment, le potentiel de production de farine panifiable de manioc au Cameroun à un million de tonnes sur une année pour 6 millions de tonnes de tubercules produites. Seul bémol, ce potentiel n’est pas suffisamment exploité. L’usine de transformation installée à Ngoulmakong a une capacité de production de 55O tonnes par mois, soit 6 600 tonnes l’année. Ce qui est encore loin d’être représentatif. La création de sept nouvelles usines devrait rectifier la situation.

Michel Ange Nga

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.