Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : l’ONU « profondément préoccupée » après l’attaque de deux nouvelles écoles dans le Sud-Ouest

Crise anglophone : l’ONU « profondément préoccupée » après l’attaque de deux nouvelles écoles dans le Sud-Ouest

Paru le vendredi, 18 février 2022 08:24

Le coordinateur humanitaire de l’ONU au Cameroun, Matthias Z. Naab, s’est dit « profondément préoccupé » par deux nouvelles attaques contre des écoles dans la région en crise du Sud-Ouest. « Les Nations Unies et les partenaires humanitaires au Cameroun condamnent dans les termes les plus forts toutes les actions visant l’éducation », a-t-il déclaré mercredi dans un communiqué, appelant « tous les auteurs d’attaques à s’abstenir d’actions qui entravent l’accès à l’éducation, conformément à la résolution 2601 (2021) du Conseil de sécurité ».

Les 8 et 11 février dernier, des hommes armés ont incendié l’école primaire publique de Molyko à Buea et le collège catholique Queen of Rosary à Mamfe, dans la région du Sud-Ouest. Ces attaques sont les dernières d’une série contre les élèves, les enseignants et les établissements scolaires dans cette région et dans le Nord-Ouest, en proie à un conflit sanglant entre l’armée et les séparatistes anglophones.

« Avec l’éducation attaquée, l’avenir de milliers de jeunes camerounais est en danger », a affirmé le coordinateur humanitaire. « L’éducation est un droit fondamental pour tous les enfants, et pourtant beaucoup n’ont pas été autorisés à jouir de ce droit », a-t-il ajouté. Selon l’ONU, les attaques répétées contre les écoles dans les régions anglophones privent plus de 700 000 élèves et étudiants de leur droit à l’éducation. Une situation « inacceptable » selon Matthias Z. Naab, qui rappelle que les établissements d’enseignement devraient être des « espaces sûrs » pour tous les apprenants et les enseignants. 

Cet appel de l’ONU intervient après celui des chefs de missions diplomatiques du Canada, de la Norvège, de l’Afrique du Sud, de la Suisse, du Royaume-Uni et des États-Unis. Ces derniers ont appelé à protéger l’école et « faire en sorte que ceux qui refusent l’accès aux lieux d’apprentissage soient tenus responsables », dans une déclaration conjointe le 14 février.

P.N.N

Lire aussi :

Crise anglophone : cinq ambassades demandent l’arrêt des attaques contre les écoles

Crise anglophone : des syndicats d’enseignants dénoncent les violences contre l’école

Crise anglophone : l’Unicef préoccupé par le nombre élevé de violations des droits des enfants

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Plus de 100 000 PME créées au Cameroun en quatre ans

InfographieFormation PME cameroun

 

Please publish modules in offcanvas position.