Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une centaine de réfugiés positifs à la Covid-19, le HCR remet des équipements sanitaires pour soutenir la riposte

Une centaine de réfugiés positifs à la Covid-19, le HCR remet des équipements sanitaires pour soutenir la riposte

Paru le jeudi, 18 mars 2021 13:10

Alors que le Cameroun fait face à un afflux de réfugiés, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) annonce que 102 d’entre eux ont été testés positifs à la Covid-19 depuis le début de l’épidémie le 6 mars 2020 dans le pays. Samedi, une réfugiée est décédée pour cause de détresse respiratoire.

Pour assurer une meilleure prise en charge des cas et soutenir la réponse du Cameroun dans le cadre de la riposte contre la maladie, le HCR a, mercredi 17 mars, fait don d’équipements sanitaires au ministère de la Santé publique (Minsanté).

Ce don est constitué de trois ambulances, 181 concentrateurs d’oxygène, 4 respirateurs et 220 oxymètres de pouls. Il est destiné aux établissements de santé des communautés qui accueillent les réfugiés dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord, précise le HCR. Ces équipements seront utilisés aussi bien pour la prise en charge des réfugiés que des populations hôtes. Selon cette agence onusienne, 79 cas de contamination ont été enregistrés parmi les réfugiés dans ces quatre régions.

Centres d’isolement

«On a 430.000 réfugiés au Cameroun, de nombreuses personnes déplacées à l’intérieur du pays et lorsque la pandémie s’est rajoutée aux crises que ces personnes ont subies lorsqu’elles ont fui leurs pays, notre grande peur étaient que nous ayons un grand nombre de réfugiés qui soient soudainement contaminés», a déclaré à la radio publique Olivier Guillaume Beer, représentant du HCR au Cameroun.

Pour contenir la propagation dans les sites d’accueil, le HCR a multiplié les actions pour protéger les réfugiés et les humanitaires, ainsi que les communautés hôtes qui fréquentent les mêmes structures de santé, points d’eau ou encore écoles.

Des points de lavage de mains ont été installés un peu partout, du savon distribué, des sensibilisations en petits groupes et de porte à porte organisées. A l’Est et à l’Extrême-Nord notamment, des réfugiés ont été mis à contribution pour la confection des masques lavables afin de parer au manque d’équipements de protection. Des centres d’isolement ont par ailleurs été construits dans les centres d’accueil de réfugiés à Garoua-Boulaï et à Batouri à l’Est, à Meiganga et à Djohong dans l’Adamaoua, à Touboro dans le Nord et à Mokolo dans l’Extrême-Nord. «La vigilance est de mise. Il ne s’agit pas de céder à la panique mais de respecter les mesures prescrites par l’OMS et le gouvernement», affirmait Wahid Ben Amor, chef de la sous-délégation du HCR à Bertoua (Est), lors d’une réunion de crise avec les acteurs humanitaires. 

P.N.N

Lire aussi:

https://www.stopblablacam.com/societe/2101-5883-garoua-boulai-le-cameroun-face-a-l-afflux-de-refugies-centrafricains

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.