Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Les journalistes associés dans la lutte contre la fraude et la corruption dans le secteur minier

Les journalistes associés dans la lutte contre la fraude et la corruption dans le secteur minier

Paru le jeudi, 19 mars 2020 11:03

Le Projet mines, environnement, santé et société (Promess) a, avec l’appui de Transparency International, organisé une formation aux techniques d’investigation sur la légalité, la fraude et la corruption dans le secteur minier au Cameroun du 17 au 19 mars 2020 à Batouri, dans la région de l’Est.

Cette formation permet aux 14 journalistes conviés non seulement de toucher du doigt les réalités de l’exploitation minière au Cameroun, mais aussi d’être mieux outillés en vue de mener des investigations dans ce secteur miné par des pratiques délictueuses, comme la dissimulation des propriétaires des entreprises extractives.

D’après le Cadre d’appui et de promotion de l’artisanat minier (Capam), créé le 25 juillet 2003 pour encadrer l’exploitation artisanale des substances minérales telles que l’or, le saphir, le rutile le quartzite le disthène ou le sable, seulement 10% des recettes générées par l’exploitation artisanale sont traçables.

La session de formation de Batouri s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase de Promess, qui vise une amélioration du suivi participatif de la gouvernance minière. À terme, le projet doit conduire à une véritable transparence dans la gestion des ressources issues de l’industrie extractive.

Membre de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) depuis 2005, le Cameroun a accédé au statut de pays conforme en 2013. Mais lors de la dernière validation, le conseil d’administration de l’ITIE a noté l’insuffisance des progrès du pays en matière de gouvernance du Comité local, de transparence dans les transferts infranationaux et de dépenses quasi fiscales. Aussi lui a-t-il prescrit quatorze mesures correctives. La validation de rattrapage est en cours. Si elle est non concluante, le pays sera suspendu de l’ITIE.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.