Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Gestion des fréquences : une soixantaine de radios émettent en toute illégalité à Yaoundé

Gestion des fréquences : une soixantaine de radios émettent en toute illégalité à Yaoundé

Paru le lundi, 19 octobre 2020 12:02

Au cours d’une formation sur les enjeux liés à la régulation des fréquences radioélectriques, organisée du 14 au 15 octobre 2020, à Yaoundé au profit d’une quarantaine de journalistes et promoteurs de radios, le ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Libom Li Likeng, a révélé que 66 radios émettent de manière illégale dans la seule ville de Yaoundé.

Un cadre du Minpostel précise que seulement 20 bandes de fréquences sont disponibles dans la capitale camerounaise, dont une dizaine en cours d’usage. Cette faible offre, au regard du foisonnement des radios, et l’utilisation anarchique des fréquences occasionnent la saturation et des brouillages.

Pour y remédier, le Minpostel, grâce à l’appui technique de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), prévoit le recours aux nouveaux outils qui répondent aux exigences de débit et de couverture sans brouillage des signaux. C’est dans ce cadre qu’il a été recommandé la mise en œuvre de la radiodiffusion sonore numérique.

En attendant, au nom du principe bien camerounais de tolérance administrative, la plupart des promoteurs de radios fonctionnement sur la base d’une autorisation de diffusion provisoire accordée par le ministère de la Communication. Il revient à l’ART de leur octroyer une bande de fréquence.

Or la loi du 21 décembre 2010 régissant les communications électroniques au Cameroun punit « d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 1 000 000 à 5 000 000 FCFA celui qui transmet, sans autorisation, des signaux ou des correspondances d’un lieu à un autre, soit à l’aide d’appareils de communication électronique, soit par tout autre moyen ». L’instance habilitée peut en plus ordonner la confiscation des installations, des appareils ou moyens de transmission, ou leur destruction aux frais du contrevenant.

D.M.

Dernière modification le lundi, 19 octobre 2020 12:06

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.