Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Administration pénitentiaire : un projet pour accompagner près de 1000 enfants en détention

Administration pénitentiaire : un projet pour accompagner près de 1000 enfants en détention

Paru le jeudi, 19 novembre 2020 13:05

Les pouvoirs publics ont élaboré le Projet d’appui à l’enfance inadaptée (PAEI). Sous tutelle du ministère des Affaires sociales (Minas), ce projet permettra d’accompagner, dès 2021, les mineurs détenus dans les prisons à travers le pays.

Au 31 décembre 2019, les prisons du Cameroun comptaient 911 personnes mineures en détention. Le Minas vient de publier ces chiffres en prélude à la Journée mondiale de l’enfance qui se célèbre demain, 20 novembre 2020.

Selon le Minas, si les cas de prisonniers mineurs sont enregistrés dans les 91 maisons d’arrêt à travers les dix régions du pays, le Centre concentre à lui tout seul plus de 22% des effectifs.

10 prisons sur les 14 que compte cette région abritent 221 pensionnaires mineurs, dont 206 prévenus et 15 condamnés dans des prisons.

Le Centre est suivi par l’Extrême-Nord qui détient 105, dont 17 condamnés et 88 prévenus. Les pénitenciers de la région de l’Est totalisent quant à eux 99 détenus mineurs, dont 81 prévenus et 18 condamnés.

Au sens du Minas, ces chiffres sont « alarmants » dans la mesure où ils démontrent qu’au Cameroun, les mineurs qui ont des démêlés avec la justice ne sont pas rapidement jugés.

Une situation qui prend le Cameroun à défaut par rapport aux prescriptions de la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant.

Appui à l’enfance inadaptée

En effet, l’article 15, alinéa 2 b dispose que :« les Etats parties prenantes à la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant doivent en particulier veiller à ce que tout enfant accusé d’avoir enfreint la loi pénale reçoive une assistance légale ou autre appropriée pour préparer et présenter sa défense ; vois son cas tranché aussi rapidement que possible par un tribunal impartial et, s’il est reconnu coupable, ait la possibilité de faire appel auprès d’un tribunal de plus haute instance ».

Dans la nomenclature adoptée dans le Tableau de bord social (TBS), les enfants en conflit avec la loi constituent l’une des catégories de l’enfance inadaptée. Cette catégorie demande des mesures spéciales de protection. Dans ce sens, le PAEI va assurer à tous les enfants en conflit avec la loi au Cameroun, « le bénéfice des mesures de protection prévues en droit pénal, en procédure pénale camerounaise et dans les cadres règlementaires y relatifs ».

Baudouin Enama

Dernière modification le jeudi, 19 novembre 2020 13:06

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.