Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Paludisme : le Cameroun « finalise » sa stratégie de communication relative à l’introduction du vaccin en routine

Paludisme : le Cameroun « finalise » sa stratégie de communication relative à l’introduction du vaccin en routine

Paru le mardi, 19 décembre 2023 14:03

Le ministère de la Santé publique (Minsanté) annonce avoir « finalisé » son plan de communication en vue de l’introduction du vaccin contre le paludisme dans la vaccination de routine. Selon ce département ministériel, l’atelier organisé du 12 au 16 décembre dernier à Soa, commune du département de la Méfou-et-Afamba (Centre), a abouti à la production de plusieurs livrables, notamment le plan de communication opérationnel qui vise à amener les communautés à adhérer favorablement à ce vaccin qui sera introduit dès janvier 2024 dans le Programme élargi de vaccination (PEV).

En vue de contribuer plus efficacement à l’effort de réduction de la morbidité et de la mortalité liées au paludisme principalement chez les enfants de moins de 5 ans, le gouvernement camerounais a sollicité l’appui de Gavi, l’Alliance du vaccin, pour l’introduction de ce sérum dans le PEV de routine. Avec ce vaccin, le pays est convaincu d’aller vers le contrôle et l’élimination de la maladie. Mais cette introduction nécessite un accompagnement sur le plan communicationnel, surtout que « l’analyse des perceptions recueillies sur les réseaux sociaux relève que des publics veulent être rassurés sur la fiabilité dudit vaccin et sa disponibilité », selon le Minsanté. C’est dire si la communication est un élément clé dans le système de vaccination.

« Une bonne communication est nécessaire auprès des populations. On va mettre à peu près 800 000 dollars (plus de 479 millions à la valeur actuelle du dollar américain) rien que pour soutenir les aspects de communication, l’accompagnement technique et avoir des outils dans les langues des populations, adapter ces outils dans leur façon d’être, ce qui va leur permettre de mieux comprendre », déclarait Dr Marthe Sylvie Essengue Elouma, directrice régionale Afrique centrale et de l’Ouest de Gavi, en marge d’une récente mission de haut niveau de cette organisation au Cameroun. Cette dernière estime qu’il faut redoubler d’efforts autour de la communication. L'on apprend d'ailleurs que le catalogue de supports (affiches, banderoles, roll-up, spot audiovisuel...) élaboré au terme des travaux en atelier a été pré-testé auprès des femmes au service de vaccination de l'hôpital de district de Soa, du personnel de santé, des leaders communautaires et religieux. « Cet exercice a permis de se rendre compte des ajustements à opérer sur les supports en question », avoue le Minsanté.

Cette mission de Gavi visait notamment à soutenir le Cameroun dans ses efforts de communication afin que la population ait « les informations réelles » sur le vaccin RTS, S qui sera administré, dès l’année prochaine, aux enfants âgés de 6 mois (en quatre doses : 6 mois, 7 mois, 9 mois et 24 mois) dans 42 districts de santé prioritaires. En rappel, le Cameroun est l’un des 11 pays du monde avec le taux de mortalité le plus élevé par rapport au paludisme. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans représentant 64% des décès liés à la maladie. Le Minsanté précise que ce vaccin « vient renforcer la palette de solutions préventives contre le paludisme, à savoir la chimio-prévention, le traitement du paludisme intermittent, la distribution des moustiquaires imprégnées ».

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi:

Paludisme : le Cameroun provisionne 155 millions FCFA pour l’achat du vaccin antipaludique qui sera déployé en 2024

● E-Arnaques


● Fact Cheking