Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Coronavirus : Yaoundé, Douala et Bafoussam dans la phase de transmission communautaire

Coronavirus : Yaoundé, Douala et Bafoussam dans la phase de transmission communautaire

Paru le lundi, 20 avril 2020 15:33

La pandémie de coronavirus (Covid-19) qui affecte le Cameroun touche presque toutes les régions du pays, à l’exception de l’Extrême-Nord qui n’a encore déclaré aucun cas de contamination. « À ce jour, nous avons neuf de nos régions qui sont en épidémie. Dans les foyers de Yaoundé, Douala et Bafoussam, nous sommes entrés dans la phase de transmission communautaire, alors que dans les autres régions, ce sont pour le moment des cas “importés” des régions en épidémie », a déclaré le Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie et les pandémies au ministère de la Santé publique (Minsanté), dans l’émission « Priorité santé » diffusée ce lundi 20 avril 2020 sur RFI.

Dimanche 19 avril 2020, le Cameroun a enregistré 76 nouveaux cas de contaminations, ce qui porte à 1161 le nombre de personnes testées positives au Covid-19, apprend-on de sources sûres proches du dossier, alors que le Minsanté a cessé d’informer le public sur le nombre total d’infections depuis plus d’une semaine. 305 personnes sont officiellement guéries du Covid-19 et 42 autres sont décédés ; 176 patients sont actuellement hospitalisés, dont 33 sous oxygène.

Les villes de Yaoundé (691 cas) dans le Centre, Douala (382 cas) dans le Littoral et Bafoussam (67 cas) à l’Ouest constituent les « plus gros foyers » de l’épidémie. « Notre plus gros souci pour le moment est de contenir les plus gros foyers (…) et au niveau des autres régions (…), de détecter le plus rapidement possible les cas importés et de tracer aussi le plus rapidement possible leurs contacts pour circonscrire la transmission, et qu’elle ne passe pas dans ces régions à une transmission communautaire », indique le Dr Etoundi Mballa.

Le 2 avril dernier, le gouvernement a amorcé un changement de cap dans sa stratégie en optant désormais pour un dépistage massif. Ce, pour identifier les cas au sein de la communauté, les isoler et les traiter. « Tout se joue au niveau du testing. Le Cameroun a eu l’avantage d’avoir le Centre Pasteur qui, le premier, a commencé à faire les tests. Mais très vite, nous nous sommes lancés dans une stratégie de décentralisation des laboratoires. Au cours de la semaine qui s’annonce, dans toutes nos régions, nous serons capables de faire les tests et ça, je pense que c’est le plus grand gain. Dès lors qu’on peut tester, évidemment on peut très rapidement découvrir les positifs et couper la chaîne de transmission », affirme le directeur de la lutte contre la maladie et les pandémies au Minsanté.

Dans l’Extrême-Nord, région sinistrée par les attaques meurtrières de la secte terroriste Boko Haram, les autorités administratives locales multiplient la sensibilisation auprès des populations, en droite ligne des mesures gouvernementales édictées pour freiner la propagation du virus. Par ailleurs, les mesures sécuritaires ont été renforcées à l’hôpital régional de Maroua, parée pour accueillir d’éventuels patients atteints de Covid-19, selon son directeur, Dr Gérard Fetse Tama. Le Minsanté y a par ailleurs renforcé les capacités de 120 personnels soignants pour lutter contre le coronavirus.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.