Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
CAN 2021 : pourquoi Paul Biya et Patrice Motsepe tiennent à se rencontrer

CAN 2021 : pourquoi Paul Biya et Patrice Motsepe tiennent à se rencontrer

Paru le lundi, 20 septembre 2021 08:23

Le président de la République, Paul Biya, devait recevoir en audience le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe. C’est du moins ce que fait entendre une correspondance de la CAF du 15 septembre dernier. Dans cette lettre, le chef de Cabinet du secrétaire général de la CAF informe le ministre des Sports et de l’Education civique « que le président de la CAF, Dr Patrice Motsepe et le secrétaire général monsieur Véron Mosengo-Omba seront en visite au Cameroun, demain 16 septembre pour une audience avec son excellence Paul Biya ».

Une audience qui n’aura finalement pas lieu. Et ceci, sans qu’une raison ait été donnée par les officiels Camerounais. De sources proches de cette rencontre, SBBC a appris que c’est un « empêchement dirimant » qui n’a pas permis au chef de l’Etat de rencontrer l’hôte du Cameroun. A la place, Patrice Motsepe a eu une réunion avec le chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute. « La réunion (…) s’est tenue à la résidence officielle du Premier ministre », fait savoir la CAF. C’est également, selon les mêmes sources, la même raison qui a empêché le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diagana, d’être reçu par le chef de l’Etat, alors qu’il était en visite cette semaine à Yaoundé.

Il y a un mois déjà, Paul Biya et Patrice Motsepe n’avaient pas pu se rencontrer. Pour la première fois depuis son élection, Patrice Motsepe avait fait le déplacement de Yaoundé, à la faveur du tirage au sort de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) que le Cameroun accueille dès janvier prochain.

Enjeux

Pourtant, tout pousse les deux hommes à s’entretenir. D’abord d’un point de vue diplomatique. Élu en mars dernier, le président de la CAF n’a pas encore rencontré le président du pays qui organise la prochaine CAN, le plus grand évènement de l’instance faitière du football africain. Ce alors même que le dirigeant africain a déjà été reçu par le président ivoirien Alassane Ouattara dont le pays organise la CAN en 2023, ou encore le président rwandais et le président sénégalais.

Aussi, la CAF est préoccupée par le niveau de préparation du Cameroun. Deux sites inquiètent particulièrement les officiels de la CAF : il y a tout d’abord le stade d’Olembe encore en chantier. D’ailleurs, le 2 septembre dernier dans un communiqué, la veille du match Cameroun-Malawi, la CAF reconnaissait avoir été trompée sur le niveau d’avancement des travaux de cette infrastructure devant accueillir la rencontre d’ouverture de la CAN.

La délégation de la CAF s’est d’ailleurs rendue sur le chantier de construction du stade en compagnie du ministre des Sports. A cela il faut ajouter la ville de Garoua, retenue pour abriter une poule et où les infrastructures d’accueil ne sont pas prêtes.

En fin, la CAF est préoccupée par l’instabilité institutionnelle du football au Cameroun. En effet, les batailles pour le contrôle de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui entraînent des contestations perpétuelles des élections et des dirigeants, ne sont pas du goût de la CAF. A en croire la CAF, toutes ces questions ont été abordées lors de la réunion avec le Premier ministre, qui recevait Patrice Motsepe sur « hautes instructions du chef de l’Etat ». « La réunion qui s’est tenue à la Résidence officielle du Premier ministre, a abordé un certain nombre de questions importantes autour des préparatifs de la Coupe d'Afrique des Nations TotalEnergies, des infrastructures, de l'état de préparation du pays et aussi des questions de football au Cameroun et en Afrique », peut-on lire sur le site internet de la Fecafoot.

L.A.

Lire aussi: Stade d’Olembe : après une mission d’inspection, la CAF dit avoir été trompée sur le niveau d’avancement des travaux

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.