Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Extrême-Nord : retour au calme après la rixe populaire ayant entraîné plusieurs morts à Tokombéré

Extrême-Nord : retour au calme après la rixe populaire ayant entraîné plusieurs morts à Tokombéré

Paru le mercredi, 20 décembre 2023 14:13

Au lendemain de l’échauffourée survenue ce 19 décembre à Tokombéré, dans la région de l’Extrême-Nord, la situation est revenue à la normale. Mais selon un confrère en poste à Maroua, joint au téléphone par SBBC, il s’agit d’un calme apparent. Car les autorités administratives craignent de nouvelles échauffourées. Une escouade de gendarmes est arrivée dans la ville en renfort pour stopper une nouvelle manifestation.

Selon toutes vraisemblances, tout est parti d’une manifestation publique qui a dérapé. Un groupe de protestataires s’est réuni devant l’Hôtel de ville de Tokombéré pour empêcher la tenue d’un conseil municipal. Ces manifestants ont ensuite pris d’assaut les locaux de la gendarmerie de Tokombéré, de l’autre côté de la route, selon des sources concordantes. On apprend ainsi qu’ils ont saccagé la gendarmerie. Et pour les repousser, les pandores ont procédé à des tirs de sommation, puis à des tirs à l’arme blanche. En dernier ressort, ils auraient tiré à balles réelles.

Il est difficile de savoir ce qui a poussé les manifestants à passer de l’Hôtel de ville vers la gendarmerie. Mais ce qui est connu, c'est que depuis plusieurs semaines un groupe de protestants demandent le départ du maire de Tokombéré, Boukar Tikire, pour des problèmes fonciers. Mais notre confrère cité plus haut, est convaincu que ces manifestations sont la face visible d’une bataille politique entre cadres du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). « Pourquoi c’est seulement maintenant que ces manifestants découvrent que le maire est mauvais alors qu’il en est à son second mandat et que ce mandat est bientôt à son terme ? » s’interroge notre source.

Pour le moment, le bilan officiel est toujours attendu. De nombreux riverains parlent de six morts et de nombreux blessés. Par contre, sur sa page Facebook, Mamadou Mota, un des vice-présidents du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de l’opposant Maurice Kamto, originaire de Tokombéré, annonce huit morts.

Michel Ange Nga

 

Dernière modification le mercredi, 20 décembre 2023 14:19

● E-Arnaques


● Fact Cheking