Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Douala 1er : le sous-préfet interdit une manifestation contre la hausse des prix des matériaux de construction

Douala 1er : le sous-préfet interdit une manifestation contre la hausse des prix des matériaux de construction

Paru le jeudi, 21 octobre 2021 06:13

Le sit-in projeté ce jeudi 21 octobre à la délégation régionale du Commerce pour le Littoral à l’effet de manifester contre la « hausse abusive des prix des matériaux de construction » a été interdit par décision du préfet de l’arrondissement de Douala 1er. La manifestation était organisée par la Fondation camerounaise des consommateurs (Focaco).

L’autorité administrative justifie cette interdiction pour des « troubles à l’ordre public » que représenterait ce sit-in. Ceci malgré les assurances de l’organisation qui, dans la déclaration de manifestation, avait précisé que le sit-in se ferait « sans trouble à l'ordre public » et « dans le respect strict des mesures barrières contre la COVID 19 ».

Contacté par SBBC, Alphonse Ayissi Abena (photo), président de la Focaco a dit prendre acte de l’interdiction de ce sit-in. « Cependant, nous exprimons notre mécontentement et nous disons que le gouvernement donne ainsi un chèque en blanc aux industriels pour qu’ils continuent de dicter leur loi aux consommateurs que nous sommes. Nous n’acceptons pas que cimenteries, aciéries et tôleries dictent leur loi au Cameroun en prenant un prétexte fallacieux de coronavirus pour hausser les prix », a-t-il déclaré.

Pour la Focaco, « depuis le début de cette année 2021, les prix des matériaux de construction (ciment, tôles et fer à béton), pourtant soumis à une procédure d’homologation préalable par les pouvoirs publics avant toute modification, connaissent une hausse exponentielle au grand désarroi des consommateurs que nous défendons ».

 Cette association de défense des droits des consommateurs note que l’inflation est généralisée depuis le début de l’année. « Le ciment qui coutait encore en 2020 moins de 4400 FCFA le sac de kg est passé à 4900 dans les grandes villes Douala et Yaoundé, 5000 et même 6000 FCFA lorsqu’on s’éloigne des centres urbains », fait remarquer Alphonse Ayissi Abena.

« Ces hausses sont illégales. Nous rappelons qu’au niveau international, le clinker a certes connu une augmentation, le fret a connu une augmentation, mais ces augmentations peuvent être absorbées par les marges bénéficiaires insolentes de ces industries » ajoute-t-il.

Des justifications qui n’ont pas convaincu le sous-préfet de Douala 1er qui oppose « les nécessités de préservation de l’ordre public », pour interdire ce mouvement de mécontentement.

L.A. 

Lire aussi: Matériaux de construction, denrées alimentaires… : le gouvernement prépare les esprits à une hausse des prix homologués

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.