Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Yaoundé : la mise en œuvre d’une mesure disciplinaire provoque le chaos dans un lycée

Yaoundé : la mise en œuvre d’une mesure disciplinaire provoque le chaos dans un lycée

Paru le lundi, 22 janvier 2024 13:49

Le Lycée d’Etoug-Ebe, à Yaoundé, a été le théâtre ce lundi matin d’une manifestation de colère des élèves qui a provoqué dégâts matériels importants. A la suite de la bousculade née de ce mouvement de violence, des élèves ont été transportés vers des hôpitaux environnants.

A l’origine de ce soulèvement, une mesure disciplinaire instituée par la proviseure du lycée. D’après des témoignages sur place, la proviseure a présidé un conseil d’établissement jeudi 18 janvier dernier au terme duquel il a été décidé que la fermeture de l’accès au lycée lundi est désormais fixée à 7h. Ceci afin que la cérémonie de levée de couleurs se tienne dans les temps et n’empiète plus sur l’heure de début des cours. Cette nouvelle règle était assortie d’une sanction de 8h d’absence contre des élèves retardataires.

Selon des témoignages des élèves, c’est la peur d’écoper de 8h d’absence qui a poussé certains à forcer le portail ce matin au Lycée d’Etoug-Ebe. En effet, des élèves retardataires ont tenté d’empêcher la fermeture du portail. Ce qui a provoqué une bousculade et des échauffourées. Sur des vidéos en circulation sur la Toile, l’on peut voir des élèves caillasser, puis renverser le véhicule de la proviseure. L’on aperçoit également des élèves inanimés, transportés vers des formations sanitaires.

Rendu sur les lieux, le préfet du département du Mfoundi, Emmanuel Djikdent, a démenti les rumeurs de morts à la suite de cette bousculade. D’après l’autorité administrative, « il n’y a pas eu de morts au Lycée d’Etoug-Ebe ». Cependant, il ajoute que 21 élèves ont été admis à l’hôpital et leurs jours ne sont pas en danger. Selon un tweet du ministre Manaouda Malachie de la Santé publique, 106 blessés ont été pris en charge gratuitement dans les hôpitaux à la suite de l’incident survenu au Lycée d’Etoug-Ebe.

Le préfet en a profité pour dénoncer les actes de vandalisme perpétrés par des jeunes qui ne sont pas des élèves du lycée sur certains véhicules présents dans l’établissement.

L.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.