Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : une enquête ouverte après le décès de l’activiste Béatrice Elom, morte une semaine après avoir été vaccinée

Covid-19 : une enquête ouverte après le décès de l’activiste Béatrice Elom, morte une semaine après avoir été vaccinée

Paru le jeudi, 22 avril 2021 13:20

Une enquête a été ouverte par les autorités sanitaires après le décès de l’activiste Béatrice Elom (photo) survenu le 21 avril à Yaoundé. La présidente du Réseau des femmes contre la corruption et ancienne vice-présidente de la branche camerounaise de Transparency International (TI) avait volontairement reçu sa première dose du vaccin contre la Covid-19 une semaine auparavant, lors du lancement de la campagne de vaccination dans la capitale.

D’après ses proches, l’état de Béatrice Elom se serait dégradé après la vaccination. Son décès serait la conséquence de l’injection, avance Ibrahim Seyi qui affirme que la défunte était « comme une mère » pour lui. « Ce foutu vaccin a tué cette merveilleuse femme... Une battante qui n’a jamais ménagé ses efforts pour le bien-être des autres et pour la justice », écrit-il dans une publication sur Facebook devenue virale.

Le lien entre la vaccination et la mort de Béatrice Elom n’est pas, pour l’instant, établi, indique-t-on du côté du ministère de la Santé publique (Minsanté). Les investigations en cours devraient permettre de déterminer si l’injection du vaccin a joué un rôle dans sa mort.

Autopsie

« C’est impossible, dans un délai aussi court, de pouvoir définir une quelconque causalité entre le vaccin administré et ce décès. La première chose est de faire une autopsie qui permettrait de définir qu’elle est la cause du décès. Si cela est lié au vaccin, il faut qu’on le sache. Si ce n’est pas le cas, il faut qu’on le sache aussi », précise le Pr Yap Boum II, épidémiologiste et représentant régional d’Épicentre, la branche recherche et épidémiologie de Médecins sans frontières (MSF).

« Il y a différentes raisons pour lesquelles quelqu’un peut décéder : est-ce que la personne avait des problèmes cardiaques, des problèmes de tension qui peuvent être indépendamment liés à la prise du vaccin, etc. Donc, il faut revoir déjà dans son historique (médical) », ajoute le spécialiste.

Les vaccins protègent le corps de certaines maladies. Mais « comme tout médicament, ils peuvent entraîner des effets secondaires mineurs et passagers, comme des douleurs au bras ou une légère fièvre, le temps que le corps les assimile. Des effets plus sérieux sont possibles, mais extrêmement rares. Il est beaucoup plus probable d’être sérieusement touché par une maladie que par son vaccin », affirme l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Assurances

Dans le cadre de la campagne de vaccination contre la Covid-19, le Cameroun a renforcé son système de pharmacovigilance. Celui-ci vise à détecter rapidement les manifestations post-vaccinales indésirables (MAPI) et autres problèmes liés aux vaccins ou à la vaccination pour déclencher une évaluation précise des risques et prendre des mesures de réduction du risque. Des équipes sont ainsi mobilisées pour le suivi des effets indésirables des vaccins anti-Covid-19, apprend-on.

« Pour le moment, nous n’avons pas enregistré des cas d’effets secondaires (graves et non graves) depuis le début de la vaccination, à part certaines personnes qui ont rapporté des rougeurs au niveau du bras », confient des sources au Minsanté.

Le décès de Béatrice Elom vient relancer la polémique autour du vaccin contre la Covid-19, au moment où les membres du gouvernement ont reçu leur première dose devant les caméras pour encourager les populations à se faire vacciner contre la maladie.

Patricia Ngo Ngouem

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.