Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun s’engage dans l’initiative « Éducation Plus » de l’ONU pour maintenir les filles à l’école

Le Cameroun s’engage dans l’initiative « Éducation Plus » de l’ONU pour maintenir les filles à l’école

Paru le mardi, 22 juin 2021 10:38

Le gouvernement camerounais a procédé ce lundi 21 juin au lancement de l’initiative « Éducation Plus » de l’ONU. Cette initiative vise à éliminer les nouvelles infections au VIH/sida parmi les adolescentes et les jeunes femmes africaines en les maintenant à l’école au moins jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. Elle vise également à doter les adolescents, filles et garçons, d’un ensemble complet de services « plus » leur permettant de satisfaire leurs besoins fondamentaux pour une transition saine et réussie vers l’âge adulte. 

À ce sujet, le pays doit créer des partenariats et des coalitions pour créer des synergies entre les programmes existants et augmenter les investissements dans l’éducation et la santé. Ce, tout en favorisant l’égalité et le principe de ne laisser personne de côté.

« L’épanouissement des jeunes en général, des filles en particulier, retient particulièrement notre attention. Ensuite, l’amélioration du taux de scolarisation des filles, notamment au primaire et au secondaire, de même que leur accès aux emplois décents font l’objet de stratégies circonstanciées. Enfin, la réduction du nombre d’infections dû au VIH-sida au sein de la population jeune reste un engagement permanent », a déclaré le Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Le chef du gouvernement n’a cependant pas dévoilé le montant ni l’origine des ressources qui seront mobilisées comme attendu dans le cadre de cette initiative.

Au Cameroun, les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont neuf fois plus susceptibles de contracter le VIH que leurs homologues masculins, selon « L’évaluation de l’impact du VIH dans la population au Cameroun » (CAMPHIA, 2017). Les taux d’abandon scolaire restent élevés, en particulier chez les filles, en raison également d’un nombre élevé de grossesses précoces et non désirées, de mariages précoces et de multiples formes de violence sexiste et de violence entre partenaires intimes.

« Ces défis, exacerbés par la pandémie de Covid-19, nécessitent une réponse holistique et multisectorielle tirant parti des avantages interconnectés d’un meilleur accès à l’éducation, à la santé, à la formation professionnelle, à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, ainsi que des politiques et stratégies qui contribuent à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », indique l’UNESCO. 

À noter que le Cameroun est un pionnier dans cette initiative novatrice qui marque un engagement conjoint entre le gouvernement et le système des Nations Unies dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de l’ONU pour accélérer les progrès vers les Objectifs de développement durable (ODD).

P.N.N

Dernière modification le mardi, 22 juin 2021 11:50

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.