Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Sécurité privée : le gouvernement lance la fermeture des sociétés de gardiennage exerçant dans la clandestinité

Sécurité privée : le gouvernement lance la fermeture des sociétés de gardiennage exerçant dans la clandestinité

Paru le vendredi, 22 octobre 2021 14:11

Le préfet du département du Wouri, qui abrite Douala, la capitale économique du Cameroun, a lancé l’opération de fermeture des sociétés privées de gardiennage évoluant dans la clandestinité le 13 octobre 2021. Cette phase de répression des pouvoirs publics concerne tous les promoteurs de ces sociétés n’ayant pas pu se mettre en règle. Faute d’une régulation efficace, sur une cinquantaine de sociétés de gardiennage, seules 25 d’entre elles sont agréées.

Au cours d’une concertation tenue avec leurs promoteurs le 30 septembre dernier à Yaoundé, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, avait, entre autres griefs formulés contre eux, le non-respect des règles régissant l’exercice de cette activité, le non-reversement à la Caisse nationale de prévoyance sociale des cotisations sociales de leurs employés ou le paiement irrégulier de leurs salaires.

Mais depuis janvier 2020, les salaires de base des agents de sécurité privée ont connu une hausse de l’ordre de 18 % grâce à la signature de la convention collective des sociétés de gardiennage le 7 mai 2019, après cinq ans d’âpres négociations entre les représentants des employeurs et des travailleurs.

D’après le Minat, ces sociétés employaient plus de 70 000 agents en 2016. D’après un signataire, avant l’avènement de la convention collective, les employés de la 1ère catégorie gagnaient 32 460 FCFA, contre 42 000 FCFA pour ceux de la deuxième catégorie et 50 400 FCFA pour la 3ème catégorie.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes