Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le ministre des Transports dénonce la vénalité des équipes de prévention routière

Le ministre des Transports dénonce la vénalité des équipes de prévention routière

Paru le lundi, 23 mars 2020 12:50

Dans une lettre circulaire signée le 20 mars 2020, le ministre des Transports s’insurge contre « les multiples exactions dont se rendent coupables les équipes de prévention routière déployées sur les principaux axes routiers du territoire national ».

Parmi les actes graves recensés, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe (photo) cite notamment les contrôles clandestins, l’exigence des pièces et titres ne relevant pas de la compétence du ministère des Transports et, surtout, la perception indue des amendes au titre des infractions relevées.

Ces errements « ont malheureusement tendance à se généraliser », s’indigne le membre du gouvernement. Ce dernier note que de tels agissements « non seulement sont source d’abus intolérables contre les usagers de la route et affectent négativement la politique ministérielle de lutte contre la corruption, mais également avilissent considérablement l’image de marque du ministère des Transports au sein de l’opinion publique ».

Pour le ministre des Transports, ces comportements déviants s’expliquent par le fait que ces équipes, dans leur déploiement, font montre d’une totale méconnaissance des dispositions législatives et réglementaires.

Aussi, afin de remédier à cette situation, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe prescrit aux équipes dédiées à la prévention routière de « s’en tenir au caractère spécial de leur compétence ». Il leur recommande de mettre un accent particulier sur les actions de sensibilisation et de pédagogie. Ces équipes devraient par ailleurs s’abstenir, « même dans l’hypothèse où un contrôle a donné lieu à la constatation d’une infraction, de réclamer et a fortiori de percevoir des sommes d’argent de la part des usagers ».

« Je sanctionnerai sans état d’âme la moindre violation portée à ma connaissance ». Invité à réagir à cette annonce du ministre des Transports, un conducteur de camion ne se fait pas d’illusion : « On a l’impression que c’est un réseau bien organisé qui va s’arranger à ce que les plaintes ne parviennent pas au ministre ».

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.