Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Santé publique : le Cameroun veut se doter, d’ici septembre 2021, d’un plan national pour mieux répondre aux urgences

Santé publique : le Cameroun veut se doter, d’ici septembre 2021, d’un plan national pour mieux répondre aux urgences

Paru le mercredi, 23 juin 2021 11:56

Le Cameroun veut se doter d’un Plan national multirisque de préparation et de réponse aux urgences de santé publique d’ici septembre prochain. Un atelier multisectoriel de 5 jours, placé sous le lead du ministère de la Santé publique (Minsanté), se tient depuis ce lundi 21 juin à Ebolowa (Sud) à l’effet de finaliser ce plan. Celui-ci doit permettre au pays d’anticiper pour mieux répondre aux événements de santé et catastrophes jusqu’en 2024, comme les épidémies et les pandémies. Il a donc vocation à couvrir tous les risques sanitaires, quelle que soit leur nature (naturel, biologique, chimique, radiologique, environnemental…).

« Cet important document va constituer, dans un futur proche, la boussole qui guidera toutes les interventions du Minsanté dans les domaines de la préparation et de la réponse aux urgences de santé publique au Cameroun sur la période indiquée », indique Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies. L’élaboration d’un tel document trouve sa justification dans la gestion ponctuelle et éparse actuelle des différentes épidémies auxquelles fait régulièrement face le Cameroun. La plus récente est la pandémie de Covid-19 qui a eu des répercussions très rapides sur le système de santé, ainsi que sur l’économie nationale.

« Au regard des conséquences que cela entraîne, il s’avère donc opportun de mettre en place un outil global de gestion de la survenance des événements de santé ainsi que des catastrophes qui répond en même temps aux situations (urgences sanitaires et catastrophes) qui arrivent dans le contexte camerounais », justifie le Minsanté. Les autorités sanitaires souhaitent que ce plan soit « concret » et « collé à la réalité socioéconomique » du pays pour plus d'efficacité.

Le pays dispose depuis 2019 d’un Centre national des opérations des urgences de santé publique (COUSP), fruit du partenariat avec les États-Unis qui ont contribué à hauteur de 2 milliards de FCFA dans sa construction. Cette structure a été mise en place pour une action coordonnée, rapide et efficace dans la gestion des épidémies et des catastrophes.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Le classement des passeports africains selon leur puissance (au 3ème trimestre 2021)

InfographieTF classement puissance passeports africains

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.