Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Au Cameroun, le port du préservatif n’est pas automatique (EDS 2018)

Au Cameroun, le port du préservatif n’est pas automatique (EDS 2018)

Paru le jeudi, 23 septembre 2021 10:22

Le port du préservatif n’est pas automatique au Cameroun, particulièrement chez les 15-49 ans. C’est le constat de la 5e édition de l’enquête démographique et de santé du Cameroun (EDSC-V) réalisée en 2018. Celle-ci met notamment l’accent sur le suivi de l’infection à VIH et des comportements à haut risque au sein de la population générale et de groupes spécifiques. Parmi les femmes et les hommes de cette tranche d’âge, respectivement 22% et 38% ont eu, au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, des rapports sexuels avec un partenaire non régulier, « c’est-à-dire une personne qui n’était ni leur mari, ni le partenaire avec qui elles vivaient », explique l’enquête.

Parmi ces femmes, seules 43 % ont déclaré qu’un préservatif avait été utilisé au cours de ces rapports sexuels. Ce pourcentage est de 63 % chez les hommes. 10% d’hommes ont par ailleurs déclaré avoir déjà eu des rapports sexuels payants et 4 % ont confié en avoir eu au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête. Parmi ceux ayant eu des rapports sexuels payants au cours de cette période, 83 % disent avoir utilisé un préservatif. L’enquête ne précise pas les raisons qui justifient l’absence du port du précieux objet au moment opportun.

Pourtant, souligne l’étude, plus des trois quarts des femmes et des hommes (77 % dans chaque cas) sont au courant qu’on peut limiter les risques de contracter le VIH en utilisant des préservatifs au cours de chaque rapport sexuel.

En outre, 84% de femmes et 82% d’hommes savent que la limitation des rapports sexuels à un seul partenaire sexuel non infecté, et qui n’a aucun autre partenaire sexuel, permet d’éviter de contracter la maladie. En 2019, l’on estimait que 530 000 personnes vivaient avec le VIH-sida au Cameroun. Quelque 37 400 nouvelles infections ont été identifiées en 2020 et 3 061 personnes mises sous traitement antirétroviral, selon le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie.

P.N.N                                                                                                              

Lire aussi:

VIH/Sida : un projet pour veiller à la gratuité de la prise en charge dans 147 districts de santé du Cameroun

Le Cameroun invité au projet Education Plus contre les nouvelles infections au VIH/sida chez les adolescentes

Dernière modification le jeudi, 23 septembre 2021 10:40

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.