Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Face à la polémique, le gouvernement demande le retrait d’une publicité de cosmétique

Face à la polémique, le gouvernement demande le retrait d’une publicité de cosmétique

Paru le vendredi, 23 octobre 2020 10:30

Avec son slogan « Mettez-les à vos pieds ! », la dernière campagne publicitaire des Laboratoires Carine Mongoue, spécialisés dans les produits cosmétiques, a déclenché la colère des internautes et des associations de consommateurs. L’entreprise a jusqu’à ce jour pour retirer les affiches controversées.

Le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, a en effet enjoint la promotrice « de mettre un terme à cette activité publicitaire illicite et outrageante, en retirant toutes les affiches de cette campagne, tant sur les panneaux d’affichage que sur les comptes de sa société dans les réseaux sociaux, dans un délai de 48h à compter de la date de signature du présent communiqué », indique l’adresse publiée le 22 octobre. Faute de quoi, l’intéressée s’exposera aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur, prévient le Mincom, en charge notamment de la régulation du secteur de la publicité.

Une affiche de la campagne publicitaire querellée montre une femme à la peau très claire assise sur un trône, avec des personnes au teint noir à ses pieds dans une attitude de soumission. Un visuel qualifié de discriminatoire et accusé de faire l’apologie de la dépigmentation de la peau, « le ndjanssan » selon l’expression consacrée au Cameroun. Des pétitions ont été lancées en ligne pour son retrait.

Pour le Mincom, l’affiche publicitaire au centre de cette campagne comporte « des jugements de valeur sur les personnes, fondés sur la couleur de la peau et susceptibles par conséquent de porter atteinte à leur dignité ». Par ailleurs, « les messages référentiels qui s’en dégagent suggèrent des atteintes à l’éthique et à la morale ». René Emmanuel Sadi rappelle que cette campagne promotionnelle est en « totale violation » de la loi du 29 décembre 2006 régissant la publicité au Cameroun qui dispose que « le contenu des messages publicitaires doit être conforme aux exigences de décence, de moralité et de véracité » (article 23, alinéa 1).

La même loi dispose, en son article 24, que « les messages publicitaires doivent être exempts de toute discrimination raciale ». La loi engage ainsi la responsabilité pénale de celui qui fait diffuser sous sa responsabilité un message publicitaire contenant des éléments de nature à porter outrage à une race, à une ethnie ou à une religion (art.57). « Les affiches sont en train d’être retirées dans la ville de Douala, c’est la même chose à Yaoundé. Nous n’allons pas faire le bras de fer avec l’État, c’est une décision de l’État », ont confié à SBBC des sources au sein de l’entreprise contactées ce vendredi 23 octobre. 

P.N.N

Dernière modification le vendredi, 23 octobre 2020 10:50

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes