Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Des pistes pour comprendre et lutter contre la fraude à l’état civil

Des pistes pour comprendre et lutter contre la fraude à l’état civil

Paru le vendredi, 23 octobre 2020 12:52

Le Bureau national d’état civil (Bunec), la délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN) et GIZ ont organisé un séminaire pour partager leurs expériences sur la fraude liée aux différents actes d’état civil le 21 octobre 2020 à Yaoundé.

Partant du constat que l’état civil au Cameroun a un souci de fiabilité et de traçabilité, ces trois acteurs ont passé au crible les mécanismes illégaux auxquels ont recours les fraudeurs pour violer les procédures.

D’après un expert du Bunec, la fraude passe notamment par la modification des noms des géniteurs, la production de plusieurs documents similaires voire d’un seul, mais sans souche. D’aucuns n’hésitent pas à se faire établir des actes fictifs dans le but de rajeunir ou de vieillir un individu en antidatant l’acte.

« La décision de modifier un acte d’état civil est très souvent motivée par des pressions sociales et sociétales liées par exemple aux différends de succession, des antécédents judiciaires et même des mauvais résultats scolaires », soutient un participant.

Et il est difficile, admettent des responsables aussi bien de la DGSN que du ministère de la Justice, d’établir l’authenticité d’un acte de naissance, d’un acte de mariage, d’un acte de décès, etc. Le seul moyen de détecter un faux acte consiste à recourir au Bunec, le seul organisme habilité à attester la véracité des informations contenues dans un acte d’état civil.

Au regard de la multitude des manœuvres utilisées par les fraudeurs, d’aucuns pensent que la répression ne serait pas d’une grande efficacité. D’après le Bunec, il convient plutôt de mettre l’accent sur la sensibilisation tous azimuts.

La solution réside dès lors dans l’assainissement du fichier d’état civil. À travers l’informatisation des données, le Bunec entend assigner un numéro identifiant unique à chaque individu pour pallier par exemple le phénomène de la double identité.

D.M.

Dernière modification le vendredi, 23 octobre 2020 12:59

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.