Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Excellence académique : deux camerounaises lauréates du Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne

Excellence académique : deux camerounaises lauréates du Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne

Paru le mardi, 23 novembre 2021 06:15

Chaque année, le Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne L’Oréal-Unesco remet des dotations à des doctorantes ou post-doctorantes africaines. Deux Camerounaises font partie des 20 lauréates sélectionnées parmi 411 candidatures, qui recevront leurs récompenses le 25 novembre prochain à Kigali (Rwanda). La première, Vinie Kouamou, est doctorante en sciences de la vie et de l’environnement, spécialisée en virologie moléculaire du VIH. Elle a été sélectionnée pour ses recherches sur « l’effet de la résistance aux médicaments avant traitement sur l’efficacité du dolutégravir (DTG) au Zimbabwe », un traitement contre le virus du sida. Elle est accueillie à l’unité de recherche en biologie structurelle à l’Université du Cap, en Afrique du Sud.

Parmi les réalisations les plus significatives de sa carrière à ce jour : la mise en œuvre d’un nouvel outil de diagnostic moléculaire pour la détection de la pharmacorésistance du VIH dans les pays à revenu faible-intermédiaire, et l’orientation de la mise en place d’un traitement anti-VIH à base de dolutégravir au Zimbabwe chez les personnes infectées qui ne répondent pas au traitement antirétroviral, en utilisant des algorithmes bio-informatiques.

Ruth Nana Njantang, quant à elle, est doctorante en sciences physiques, spécialisée en physique nucléaire. Elle mène ses recherches au laboratoire de physique fondamentale de l’Université de Douala. Ses travaux sur «l’estimation des tables de correspondance de la dose à la peau du patient en intervention guidée par fluoroscopie à des fins d’optimisation» lui ont permis de faire partie des lauréates 2021. Guidés par les recommandations d’organisations internationales telles que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ses travaux s’appuient sur des codes informatiques pour mettre au point une méthode permettant d’estimer facilement et efficacement les doses de rayonnement reçues par les patients et les opérateurs lors de prises de vues par fluoroscopie. Sa principale ambition est de contribuer à l’élaboration de recommandations internationales sur la radioprotection, visant à protéger les personnes et l’environnement contre les effets néfastes des rayonnements, notamment dans le domaine médical, apprend-on.

Toutes les deux recevront chacune 10 000 euros (6 millions 500 mille FCFA) pour l’excellence académique de leurs travaux. Elles vont également bénéficier de formations dispensées par des experts internationaux, visant à les équiper pour poursuivre et développer leurs carrières.

En 2020, Agnès Antoinette Ntoumba a été primée pour son pesticide 100% bio pour combattre les moustiques responsables du paludisme. Elle était la première Camerounaise à se voir décerner ce prestigieux prix du programme régional L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science en Afrique subsaharienne. Le Prix Jeunes Talents soutient et accompagne les jeunes chercheuses prometteuses pour surmonter les obstacles qui entravent souvent leur parcours et accélérer leurs carrières, dans un domaine encore largement dominé par les hommes.

P.N.N

Dernière modification le mardi, 23 novembre 2021 06:19

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.