Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une attaque de Boko Haram fait quatre morts à Tourou dans l’Extrême-Nord

Une attaque de Boko Haram fait quatre morts à Tourou dans l’Extrême-Nord

Paru le mardi, 24 mars 2020 16:20

Dans la nuit du 21 au 22 mars 2020, des assaillants appartements à la secte terroriste Boko Haram ont fait une incursion dans le village Tourou 2, situé dans l’arrondissement de Mokolo, département du Mayo-Tsanaga à l’Extrême-Nord du Cameroun.

Selon le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, c’est aux environs d’une heure du matin que le groupe terroriste a fait irruption dans la localité. Le bilan provisoire de cette attaque fait état d’au moins quatre morts. « Parmi les quatre personnes tuées, il y a un ancien membre de Boko Haram. Il a été égorgé et sa tête emportée par ses anciens camarades », a expliqué l’autorité administrative.

Les combattants de Boko Haram ont également fait deux blessés et incendié des dizaines de maisons d’habitation. D’après les déclarations des membres du comité de vigilance de Tourou, rapportées par le trihebdomadaire L’œil du Sahel, « les assaillants ont également brûlé deux motocyclettes et détruit les installations de l’Union des églises évangéliques au Cameroun (UEC) ».

Les populations ainsi que des commerces de cette localité ont aussi été pillés par le membre de la secte islamiste. De source sécuritaire, les assaillants ont été mis en « débandade » après une l’intervention de l’armée camerounaise qui les a contraints à abandonner les effets volés.

Alors que l’attention des autorités et de la communauté internationale est davantage tournée vers les zones anglophones en crise depuis trois ans, Boko Haram semble reprendre du poil de la bête dans la région de l’Extrême-Nord.

Cette région limitrophe au Nigeria fait face à une résurgence des attaques fomentée par des affidés de la secte terroriste. Au mois de février dernier, elle a organisé une série d’attaques dans les départements du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, frontaliers du Nigeria, et surtout dans les arrondissements de Kolofata et du Mayo-Moskota.

Lire aussi:

À la frontière avec le Nigéria, les populations désertent leurs villages pour échapper aux assauts de Boko Haram

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam