Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Près de 500 fonctionnaires et agents de l'Etat révoqués pour absences irrégulières

Près de 500 fonctionnaires et agents de l'Etat révoqués pour absences irrégulières

Paru le lundi, 24 mai 2021 11:45

Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph Le, a signé une série d’arrêtés portant licenciement et révocation d’office de 493 fonctionnaires et agents de l’Etat relevant du Code du travail. Le Minfopra indique que cette sanction s’inscrit dans le cadre de la phase contentieuse de l’opération de comptage physique des personnels de l’Etat. Cette opération, prescrite par le chef de l’Etat, visait à identifier et à expurger du fichier solde de l’Etat tous les agents publics y émargeant irrégulièrement du fait d’une absence non justifiée, d’une démission ou d’un décès non déclaré.

Quelque 8 766 agents publics (5 045 fonctionnaires et 3 721 autres agents des services publics) avaient ainsi été épinglés à l’issue de ce dénombrement mené entre avril et juin 2018 par le ministère des Finances (Minfi). Ils avaient été suspendus de solde et appelés à répondre de leurs absences irrégulières au poste.

Seulement 601 d’entre eux ont déféré aux convocations du Conseil permanent de discipline de la Fonction publique «malgré les nombreux communiqués et mises en demeure» du Minfi et du Minfopra à leur endroit, apprend-on. «Au terme de leur audition, 177 mis en cause ont été réhabilités au travers des reprises en solde simples ou assorties d’avertissement, blâme, abaissement d’échelon, etc.», indique Joseph Le dans un communiqué publié le 21 mai.

Les personnels révoqués «qui s’estimeraient injustement sanctionnés» peuvent toutefois saisir le Conseil supérieur de la Fonction publique pour un recours. Le Minfopra précise qu’il s’agit d’une «première vague» de licenciement de fonctionnaires et agent publics de l’Etat. La révocation est la sanction professionnelle des fonctionnaires qui réprime les fautes professionnelles les plus graves de ces derniers. Elle est la dernière dans l’échelle des sanctions définies par l’administration publique et s’apparente à un licenciement. En 2017, plus de 14.000 agents publics ont été sommés de clarifier leur situation administrative, sous peine d’être renvoyés de la Fonction publique.

P.N.N.

Lire aussi :

Absentéisme des fonctionnaires : Paul Biya prescrit la convocation d’urgence du Conseil supérieur de la Fonction publique

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.