Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Université de Yaoundé II-Soa : le coordonnateur du campus annexe d’Ébolowa relevé de ses fonctions

Université de Yaoundé II-Soa : le coordonnateur du campus annexe d’Ébolowa relevé de ses fonctions

Paru le lundi, 24 août 2020 09:59

Le Pr Eustache Akono Atangane (photo) n’est plus le coordonnateur de l’annexe de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II-Soa à Ébolowa. L’enseignant vient d’être relevé de ses fonctions par le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo.

Selon une décision signée le 20 août dernier par le Minesup, le nouveau coordonnateur de cette annexe universitaire se nomme Sedena Akono Omgba. Il s’agit d’un agrégé Cames en droit public, titulaire d’un doctorat soutenu à l’Université de Yaoundé II-Soa, en 2013. Avant cette promotion, le nouveau responsable était en service à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II-Soa.

Des sources proches de la chancellerie des ordres académiques expliquent que le Pr Eustache Akono Atangane est sanctionné pour un incident survenu dans la journée du 7 août 2020 et mettant aux prises le coordonnateur et deux présumés voleurs arrêtés au sein du campus.

La vidéo de la scène, filmée à l’aide d’un téléphone et mise en circulation sur les réseaux sociaux, montre le coordonnateur en train de bastonner un jeune-homme étendu à même le sol et à moitié nu, à l’aide d’une machette. « Effa Émane, personnel d’appui au campus annexe d’Ébolowa, avait appréhendé aux environs de 7 heures, une bande de malfrats qui tentaient de commettre un coup de vol dans cette structure. Pris de peur, il avait informé le coordonnateur », rapportait le président des étudiants, Yannick Mbom sur les colonnes de nos confrères du journal Mutations.

La même source indiquait que « c’était dans le souci de contraindre le bandit interpellé à dévoiler l’identité de son complice qu’il protégeait par solidarité que l’option de la bastonnade avait été prise. Sous l’effet de la douleur, il avait fini par dévoiler l’identité de son complice ». Ce dernier qui se cachait dans une broussaille environnante, avait été débusqué et mis à plat ventre à son tour.

Sur les réseaux sociaux, la diffusion de cette vidéo a provoqué une vague d’indignation. Des internautes ont critiqué ce recours aux sévices qui, du point de vue de bon nombre d’entre eux, constitue une forme de justice populaire.

BE 

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.