Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : Atanga Nji ordonne la fermeture des églises de réveil opposées au respect des mesures barrières

Covid-19 : Atanga Nji ordonne la fermeture des églises de réveil opposées au respect des mesures barrières

Paru le jeudi, 25 mars 2021 09:39

Le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, a ordonné la fermeture des églises de réveil qui ne respectent pas les mesures barrières contre le coronavirus (Covid-19). « Je vous prescris de procéder à la fermeture systématique des églises dont les pasteurs tiennent des discours contraires aux mesures édictées par le gouvernement en vue de freiner la propagation du Covid-19 », écrit le Minat dans une note adressée mercredi 24 mars aux gouverneurs des régions. Cette décision est motivée par « les dérives » de certaines de ces églises en rapport avec la lutte contre la Covid-19.

Le Minat relève, pour le déplorer, que des pasteurs interdisent aux fidèles de porter le masque, pourtant obligatoire dans les lieux publics, ou rejettent le protocole de traitement contre la Covid-19, validé par les autorités sanitaires. « D’autres encore, dans une forme de charlatanisme, prétendent que le coronavirus n’existe pas et que, quand bien même cette maladie existerait, il suffirait d’élever des prières pour s’en prémunir. Il y en a même qui prétendent administrer un traitement aux malades atteints de Covid-19 à base d’eau simple, qu’ils présentent aux fidèles comme étant de l’eau bénite », poursuit le membre du gouvernement, soulignant que la plupart de ces églises prêchent dans l’illégalité.

« Agissements dangereux »

La conséquence de ces « dérives », selon Paul Atanga Nji, est « le décès à leurs domiciles de nombreux patients parce qu’en toute naïveté, ils font confiance aux prêches irresponsables de leurs pasteurs qui sont généralement de moralité douteuse ». Aussi, face à ces « agissements dangereux », instruit-il également l’interpellation des pasteurs pour qu’ils répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes.

L’année dernière, des élèves n’ont pas présenté les examens officiels au motif que leurs pasteurs leur ont interdit de porter le masque de protection. Ce, alors que le port de celui-ci était exigé avant tout accès en salle d’examen.

En août 2020, les autorités administratives ont procédé à la fermeture de l’église « Tabernacle de la liberté » au quartier Nsimeyong, dans le troisième arrondissement de Yaoundé. Le pasteur de ce lieu de culte était notamment accusé d’inciter les fidèles à l’inobservance des mesures gouvernementales de lutte contre la Covid-19. Mais les fidèles avaient brisé les scellés et repris leurs activités quotidiennes.

Il y a quelques jours, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, a prescrit l’intensification du respect des mesures barrières pour tous dans un contexte de résurgence de l’épidémie. Il a notamment demandé aux églises de réactiver les dispositifs de lavage des mains et recommandé le port systématique du masque, la distanciation physique et la limitation du nombre de fidèles à 50 pendant les célébrations eucharistiques.

Depuis le premier cas notifié le 6 mars 2020, le Cameroun compte 41 669 cas positifs confirmés, dont 38 820 rémissions et 721 décès à la date du 19 mars 2021.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.