Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Police : Mbarga Nguele lance le recensement du personnel, dans un contexte de revendications sociales

Police : Mbarga Nguele lance le recensement du personnel, dans un contexte de revendications sociales

Paru le vendredi, 25 mars 2022 09:46

Le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguele, veut actualiser le fichier du personnel de la Police nationale. Dans un message radio-porté daté du 21 mars 2022, qui a fuité sur Internet, le DGSN instruit les inspecteurs généraux, les inspecteurs de la Sûreté nationale, les directeurs et assimilés, les délégués régionaux, les chefs de division et de cellules à faire parvenir « sous huitaine », à la direction des ressources humaines, les listes numérique et physique des fonctionnaires de la Sûreté nationale sous leurs ordres, dans leurs unités ou services.

Le patron de la police précise la nomenclature à suivre dans l’envoi des listes. Outre les informations personnelles de base (nom et prénoms, date et lieu de naissance…), ses collaborateurs devront également préciser le grade, la référence de l’acte de promotion audit grade, l’ancienneté et la position actuelle du fonctionnaire de police. Cette opération de recensement devrait permettre de maitriser les effectifs et de connaître la situation précise de chaque policier.

Mais pour Viviane Ondoua Biwole, experte des questions de gouvernance, cette instruction du DGSN traduit un « gros dysfonctionnement » de la direction des ressources humaines (DRH). « C’est la preuve que le fichier des ressources humaines n’est pas à jour. Le DGSN aurait pu adresser la requête uniquement au DRH », affirme l’universitaire et écrivaine. 

À la DGSN, l’on n’a pas souhaité s’exprimer sur les raisons qui ont motivé cette mesure, regrettant juste que ce document administratif se soit retrouvé sur les réseaux sociaux. Pour certains observateurs cependant, le but de cette opération serait d’anticiper sur une éventuelle revendication des policiers, dans un contexte où les revendications sociales (enseignants, transporteurs, personnel de santé, etc.) se multiplient. D’autres y voient une volonté de bien maitriser les effectifs qui pourraient être sollicités pour faire face aux mouvements sociaux.   

P.N.N

Lire aussi :

Dette intérieure : des enseignants réclament 152 milliards FCFA d’arriérés de payement des avancements et intégrations

Hôpitaux publics : le gouvernement tente de désamorcer la grève du personnel de santé

Transport urbain : les syndicalistes pressent le gouvernement d’augmenter le prix du taxi

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Plus de 100 000 PME créées au Cameroun en quatre ans

InfographieFormation PME cameroun

 

Please publish modules in offcanvas position.