Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Affaire Bopda : une bataille juridique en perspective

Affaire Bopda : une bataille juridique en perspective

Paru le vendredi, 26 janvier 2024 14:20

Une bataille juridique s’annonce à l’horizon dans le cadre de ce que la presse appelle désormais l’« Affaire Hervé Bopda », du nom de cet opérateur économique actuellement au cœur d’un scandale de mœurs qui agite Internet. De nombreux témoignages de violences sexuelles, de viols et de séquestrations contre lui déferlent sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Les témoignages, pour la plupart anonymes et provenant en majorité de femmes, sont publiés sur la page Facebook d’un lanceur d’alertes bien connu au Cameroun, à l’origine du déclenchement de cette affaire.

Devant cette avalanche de dénonciations, la Commission des droits de l’Homme du barreau du Cameroun a saisi le procureur de la République près le tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé pour demander « l’ouverture d’une enquête » contre Hervé Bopda (photo), présenté comme un mondain bien connu à Douala et un homme influent. Dans sa correspondance, ladite commission affirme avoir appris via les réseaux sociaux qu’il « serait l’auteur de plusieurs infractions telles que : outrage à la pudeur, harcèlement sexuel, viol, menaces, séquestrations et violences sur plusieurs victimes qui ont peur de s’identifier, mais qui ont néanmoins témoigné dans l’anonymat ». Aussi, la commission demande-t-elle que « le suspect soit traduit devant les juridictions compétentes afin que justice soit rendue conformément à la loi ».

D’autres plaintes ont également été déposées contre la même personne, selon plusieurs médias locaux et même internationaux. L’on apprend ainsi qu’une plainte a été déposée au tribunal militaire de Yaoundé « pour détention illégale d’arme, menace sous condition et harcèlement sexuel ». Une autre a également été déposée à Douala par un collectif d’avocats. Des hashtags #StopBopda ou #ArrêtezBopda ont par ailleurs fait leur apparition, notamment sur X (ex-Twitter) et Facebook, pour réclamer son arrestation.

Hervé Bopda a, lui aussi, saisi la justice « pour diffamation de nom par voie de communication électronique et complicité de menace de mort », comme on peut le lire dans sa plainte datée du 23 janvier. Sa plainte vise notamment la députée Nourane Foster, la chanteuse Kareyce Fotso, ainsi que « les lanceurs d’alerte et autres » dont il ne cite cependant pas le nom. Il affirme que son « nom » et sa « personnalité » font l’objet « d’un lynchage dans le réseau social Facebook », et réclame par conséquent qu’une « enquête soit ouverte » contre tous les noms cités dans sa plainte.

Aboudi Ottou

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.