Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun étend le projet « filets sociaux » aux réfugiés de l’Extrême-Nord

Le Cameroun étend le projet « filets sociaux » aux réfugiés de l’Extrême-Nord

Paru le mercredi, 26 février 2020 10:24

Pour sa deuxième phase, le projet « filets sociaux » va intégrer les personnes réfugiées vivant dans la région de l’Extrême-Nord au Cameroun. L’information a été donnée le 17 février dernier, en marge d’une audience accordée par le gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakaripar, à Michelin Njoh, le coordonnateur de ce projet de lutte contre l’extrême pauvreté financé par la Banque mondiale.

Selon Michelin Njoh, le projet « filets sociaux » consiste à apporter une aide financière non remboursable aux ménages préalablement recensés parmi les plus vulnérables au sein des communautés choisies.

À travers cette deuxième phase du projet, l’État projette de toucher 42 000 réfugiés répartis dans cinq communes (Kolofata, Hina, Moulvoudaye, Tchatibali et Logone Birni). Le programme facilitera également l’accès aux travaux à haute intensité de main-d’œuvre (Himo) pour 23 000 personnes, dont 8500 réfugiés.

Lancée par le gouvernement camerounais en 2013, la phase pilote du projet « filets sociaux » a appuyé 2000 ménages retenus dans les communes de Soulédé Roua (Extrême-Nord) et Ndop (Nord-Ouest), en trois ans. Depuis 2015, la Banque mondiale accompagne cette initiative. Pour l’année 2019, l’effectif des bénéficiaires est passé à 82 000 ménages répartis dans 36 communes pour une enveloppe globale de 4,5 milliards de FCFA.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.