Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une vingtaine d’ouvriers licenciés annoncent des procédures judiciaires contre le constructeur du barrage de Nachtigal

Une vingtaine d’ouvriers licenciés annoncent des procédures judiciaires contre le constructeur du barrage de Nachtigal

Paru le lundi, 26 avril 2021 13:34

Après leur licenciement jugé abusif le 21 avril 2021, 25 employés annoncent des poursuites judiciaires contre la Camerounaise de construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal (CCN), principale entreprise sous-traitante de NHPC en charge de la construction de l’infrastructure, à une soixantaine de kilomètres au nord de Yaoundé.

En même temps que 6 représentants du personnel, ces derniers ont été licenciés pour absentéisme pendant deux semaines. Or, fait observer l’un des concernés, ces deux semaines correspondent à la durée de leur garde à vue pour les uns et à la détention provisoire pour d’autres dans le cadre d’une procédure initiée par CCN. L’entreprise accuse alors certains de vol de carburant et d’autres de destruction.

Tous ont été libérés la veille de leur licenciement conformément aux résolutions prises à l’issue des négociations menées par les ministres du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss) et celui de l’Eau et de l’Energie le 16 avril.  Autre résolution mise en œuvre, CCN a apuré 3 mois d’arriérés d’indemnités de logement et promis de solder les deux autres mois d’ici fin juin.

« Il est prévu d’ici fin juin la tenue d’élections des représentants des salariés. Ces derniers pourront entamer des négociations avec CCN en vue d’aboutir à un accord général. CCN continuera de verser une indemnité mensuelle de logement à ses travailleurs jusqu’à la signature dudit accord », Dia Iya, du service de la communication de NHPC.

Malgré ces avancées, les ouvriers ont envisagé dans un premier temps d’entrer à nouveau en grève à partir du 21 avril en guise de protestation contre le licenciement de leurs représentants. « Ils nous ont demandé de laisser tomber et de continuer de travailler », confie un employé.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.