Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Tensions sociales à la commune de Lomié dans la région de l’Est

Tensions sociales à la commune de Lomié dans la région de l’Est

Paru le vendredi, 26 juin 2020 17:26

La situation est tendue à la commune de Lomié, dans le département du Haut-Nyong, région de l’Est. Les agents en service dans cette municipalité revendiquent plusieurs mois de salaires impayés. « Nous avons déjà saisi le sous-préfet, le commandant de la brigade de gendarmerie et le commissaire spécial pour leur annoncer notre mot d’ordre de grève », confirme l’un des agents.

L’exécutif municipal attribue cette insolvabilité de la mairie au « ralentissement des activités économiques dû à la pandémie du coronavirus, lequel aurait un impact négatif considérable sur les recettes de la commune ».

Une version contestée par les employés communaux. Selon eux, il ne se pose pas un problème de moyens pour cette collectivité qui mobilise bel et bien des recettes et d’autres ressources. « La commune a déjà perçu les centimes additionnels communaux (CAC). En dehors de ça, la commune a une forêt communale en exploitation. En plus, il y a les recouvrements des boxes du marché dont le prix de location a été augmenté. À cela s’ajoutent les tickets qu’on paye à la gare routière chaque mois », affirme un cadre cité par le quotidien privé Mutations.

Une crise de plus

Cette tension sociale intervient alors que la municipalité de Lomié fait face à une crise politique, née des élections municipales du 9 février 2020. En effet, le tribunal administratif de l’Est à Bertoua a annulé l’élection du maire de la commune de Lomié, lors du contentieux post électoral du 27 mars 2020.

Dans sa requête en annulation, Bernadette Marlyse Bieme Mbabola, tête de liste des conseillers municipaux contestataires avait soutenu que l’élection de Gérald Lomié (photo) comme maire lors de la session de plein droit du 18 février 2020 a été faite en violation de la loi sur les collectivités territoriales décentralisées et avait été émaillée de corruption.

Une nouvelle élection devrait donc organiser. En attendant, l’autorité administrative de Lomié a proposé à l’exécutif municipal d’éponger une partie des arriérés de salaires. Une proposition qui, malheureusement, n’a pas, jusqu’ici, reçu une suite favorable.

BE

Dernière modification le vendredi, 26 juin 2020 17:28

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.