Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Covid-19 : après de nouveaux doutes sur l’efficacité de la chloroquine, le Cameroun mise désormais sur Mgr Kleda

Covid-19 : après de nouveaux doutes sur l’efficacité de la chloroquine, le Cameroun mise désormais sur Mgr Kleda

Paru le mercredi, 27 mai 2020 16:04

L’archevêque métropolitain de Douala, Mgr Samuel Kleda, a été reçu le 26 mai par le Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Le prélat et phytothérapeute est promoteur d’un protocole de traitement destiné à la prise en charge des personnes infectées au Covid-19, fait à base d’extraits de plantes médicinales.

Il était question de « voir comment je travaille jusqu’à présent et comment on pourrait mieux organiser les choses afin que le produit atteigne le plus grand nombre », a expliqué l’hôte de Dion Ngute à sa sortie d’audience.

Une marque d’« attention » saluée par le patron de la province épiscopale de Douala. « C’est au nom du chef de l’État qui est très attentif à ce problème, qu’il m’a reçu », a-t-il ajouté précisant que « le Premier ministre, au nom du chef de l’État, a dit qu’ils sont prêts à m’accompagner ».

Depuis la mise sur pied de ce médicament, près de 1500 personnes ont déjà été soumises à ce traitement, informe Mgr Samuel Kleda. « Il s’agit des personnes qui présentaient les symptômes du coronavirus. Et après le traitement, les symptômes ont disparu. Je dirai donc en médecine traditionnelle que ces personnes sont guéries », s’est-il satisfait.

En sus de l’intensification des essais cliniques visant à déterminer la toxicité de cette trouvaille, il s’agit surtout de renforcer la capacité de production dudit médicament. « Quand j’ai commencé à traiter les gens, c’était vers le mois de mars, nous n’avions que quelques cas. Aujourd’hui, la situation devient un peu dramatique. S’il faut prendre toutes ces personnes, il faut mettre les moyens conséquents en place », explique Mgr Samuel Kleda.

Contexte

La rencontre entre le Premier ministre et Samuel Kleda intervient après la publication la semaine dernière, d’une étude suggérant qu’il n’y avait aucun avantage à traiter les patients atteints de coronavirus avec de l’hydroxychloroquine. À la suite de cette étude, l’Oganisation mondiale de la santé a suspendu ses essais cliniques de sur l’utilisation de ce traitement contre le Covid-19. C’est pourtant autour de ces molécules que repose le protocole de traitement utilisé par les unités camerounaises de prise en charge des malades de coronavirus.

Alors que des initiatives de la pharmacopée africaine fusent au Cameroun et dans d’autres pays du continent pour barrer la voie au coronavirus, les autorités camerounaises semblent miser sur chercheurs africains en général et à ceux du Cameroun en particulier. « J’encourage (…) tous les efforts visant à mettre au point un traitement endogène du Covid-19. Consacrons toutes nos énergies à la lutte contre cet ennemi commun », a soutenu Paul Biya dans son discours à ma nation du 19 mai dernier.

La contamination du coronavirus a atteint la phase communautaire au Cameroun d’où l’évolution croissante du nombre de personnes atteintes. Le pays a, en effet, franchi la barre de 5000 cas positifs et est désormais le 7e pays le plus touché par la pandémie du coronavirus en Afrique.

BE

Lire aussi:

Face au Covid-19, Paul Biya appelle à l’union sacrée des forces vives de la Nation

Covid-19 : le Cameroun enregistre 2000 cas de plus en deux semaines

Dernière modification le mercredi, 27 mai 2020 16:24

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.